•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plaidoyer pour une meilleure connectivité Internet dans l’est ontarien

Une personne utilise un téléphone devant un clavier d'ordinateur portable.

Le regroupement d'élus souhaite que les gouvernements provincial et fédéral débloquent 200 millions $ chacun pour le projet Gig (archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Une soixantaine d’élus de l’est ontarien lancent un nouvel appel à l’action pour faire accélérer le dossier de l’accès à Internet à haute vitesse dans cette région de la province encore largement mal desservie à ce chapitre.

Réunis, pour la plupart, sous le Réseau régional de l’est ontarien (RREO), ils réclament que les gouvernements provincial et fédéral débloquent 200 millions $ chacun afin de s’attaquer à cet enjeu, avec le projet Gig.

L'initiative est évaluée à environ 1,5 milliard $, au total. On mise sur le secteur privé pour financer la part de l’enveloppe qui ne serait pas couverte par les contributions gouvernementales.

Dans ma municipalité, il y a des secteurs urbains où c’est très, très vite, mais, quand tu sors un peu des villages, [c’est autre chose], a souligné Pierre Leroux, maire de la municipalité de Russell, en entrevue avec ICI Ottawa-Gatineau.

Un homme parle, en entrevue avec Radio-Canada.

Le maire de Russell Pierre Leroux

Photo : Capture d'écran - Radio-Canada

Il a fait valoir que, dans bien des secteurs de l’est ontarien, la connexion est actuellement 10 fois moins rapide que les normes minimales du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Je pense qu’avec la dernière année, avec la pandémie, tout le monde réalise l'importance de la connectivité, avec, évidemment, l’école des enfants [et] l'accès au système de santé qui est rendu, pour beaucoup, virtuel, a ajouté celui qui est aussi membre administrateur du RREO.

La mairesse de Cornwall, Bernadette Clément, a abondé dans le même sens. Nous [...], on a un réseau assez bien, approprié, mais chez nos partenaires en région rurale, il y a des besoins vraiment accrus et, depuis la pandémie, en plus, on voit les besoins au niveau du travail à la maison, a-t-elle dit.

L'initiative défendue par 59 élus vise à offrir une couverture Internet à haute vitesse à 95 % de leur population.

C’est vraiment un projet qui n’est pas juste pour [s’attarder à] aujourd'hui, mais aussi au futur

Une citation de :Pierre Leroux, maire de la municipalité de Russell

Mark Kelly,  propriétaire de l'entreprise de graphisme KB MEDIA, située à Casselman, estime que le manque de connectivité est un frein à l’innovation dans la région.

Ça fait plus de 25 ans que j’[y] suis. Je ne comprends pas pourquoi ça n'a pas plus avancé. Nous sommes situés entre Ottawa et Montréal [...] On a des entreprises et des fermes de plus en plus innovantes dans l’Est de l’Ontario, a-t-il insisté.

Nous travaillons avec un accès [...] d’à peu près 25 à 35 [mégaoctets], ce qui n’est pas assez fort pour beaucoup de commerces qui ont plus de quatre ou cinq employés, a-t-il poursuivi.

S’il est approuvé, le projet des élus donnerait accès à un Internet haute vitesse 20 fois supérieur aux normes minimales du CRTC.

Les gouvernements du Canada et de l’Ontario ont alloué sept milliards $ à l’amélioration de l’accès à Internet dans leurs derniers budgets.

Avec les informations de Nafi Alibert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !