•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des températures estivales plus chaudes en Colombie-Britannique

Un homme s'amuse sur la plage Kitsilano, à Vancouver, qui saute en frappant un ballon de volleyball.

Un homme s'amuse sur la plage Kitsilano, à Vancouver, le 29 mars.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Radio-Canada

L'été est souvent la saison la plus attendue de l'année, mais il semble qu'il faudra endurer un mois de juin humide avant l'arrivée du soleil et de la chaleur dans le Grand Vancouver et certaines régions de la Colombie-Britannique.

L'été 2021 verra alors des températures plus élevées que d'habitude, dit Doug Lundquist, météorologue à Environnement Canada.

Cela concerne aussi la moitié sud de la côte sud de la province, Haida Gwaii et le sud-ouest de l'intérieur.

En moyenne, la température quotidienne en juillet et en août est de 23 °C dans le Grand Vancouver.

Prévisions difficiles

Malgré la pluie qui est attendue en juin, M. Lundquist rappelle que les météorologues ne peuvent pas prévoir avec précision les précipitations au-delà de sept à dix jours.

Au lieu de cela, dit-il, les prévisionnistes se tournent vers la climatologie, soit l'étude des modèles météorologiques à long terme, ce qui leur permet de mieux prévoir que la pluie est en route.

Le mois de juin est [...] le plus pluvieux de l'année dans la majorité de la Colombie-Britannique.

Une citation de :Doug Lundquist, météorologue, Environnement Canada

Les étés précédents, des conditions plus chaudes et plus sèches ont entraîné des restrictions d'eau élevées, car l'arrosage de la pelouse et le lavage des voitures ont augmenté la consommation d'eau jusqu'à 50 % au cours de la saison.

À l'heure actuelle, les résidents et les entreprises du Grand Vancouver peuvent arroser leurs propriétés deux fois par semaine.

Dans des conditions de sécheresse extrême, la région métropolitaine de Vancouver peut imposer des restrictions plus sévères. Mais en raison des niveaux de neige sains en réserve, les restrictions ne devraient pas changer à mesure que la saison se réchauffe.

Pour le moment, nous ne prévoyons aucune restriction cet été au-delà de ce qui est normal, indique la porte-parole de Metro Vancouver, Niki Reitmayer.

Un manteau neigeux bien fourni

La province affirme que les niveaux des manteaux neigeux sont légèrement au-dessus de la normale pour cette période de l'année.

Selon Metro Vancouver, les niveaux des trois réservoirs d'eau de montagne se situent également dans la normale. Avec un printemps plus frais que la normale, il nous reste encore beaucoup de neige à faire fondre, observe la météorologue de CBC, Johanna Wagstaffe.

En fait, cette période estivale que nous avons eue à la mi-avril n'a pas fait grand-chose pour faire fondre la neige alpine puisque l'angle du soleil et les heures de lumière du jour étaient encore faibles.

Une citation de :Johanna Wagstaffe, météorologue,CBC

Le service des incendies B.C. Wildfire dit qu'il est difficile de prédire la gravité de la prochaine saison des feux de forêt. Les responsables des incendies surveilleront les précipitations de mai et juin, car des quantités importantes peuvent aider à réduire la gravité des feux plus tard en été.

Une fois que les carburants plus gros et plus profonds commencent à sécher, la gravité des incendies a tendance à augmenter, explique Karley Desrosiers, porte-parole de BC Wildfire.

Mme Wagstaffe souligne que les modèles de prévisions météorologiques sont basés sur les normales de 1981 à 2010. La prochaine mise à jour d'Environnement et Changement climatique Canada est prévue l'année prochaine.

Avec les informations de Cathy Kearney

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !