•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens dans la rue contre le projet de transbordement Ray-Mont Logistiques

Des citoyens défilent dans la rue avec un policier à moto devant.

Les manifestants étaient nombreux à contester le projet de Ray-Mont samedi.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Plusieurs centaines de citoyens ont marché samedi dans les rues de l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (MHM), à Montréal, pour protester contre le projet de cour de transbordement de conteneurs de Ray-Mont Logistiques.

Pour Anaïs Houde, porte-parole du groupe citoyen Mobilisation 6600 Parc-Nature MHM, le dénouement idéal serait une expropriation de l'entreprise afin de convertir le site en parc et de laisser la nature reprendre ses droits.

C'est un secteur industriel abandonné depuis si longtemps que ça a été renaturalisé. L'usage maintenant, c'est un usage de parc. Les gens y vont tous les jours.

Une citation de :Anaïs Houde, porte-parole du regroupement

La porte-parole soutient qu'on y marche, qu'on fait du ski de fond, de la raquette ou du vélo.

Pour cette citoyenne engagée, les administrations municipales et les divers paliers de gouvernement se succèdent en clamant l'importance de la transition écologique, eh bien, la transition, ça commence maintenant, dit-elle.

Il semble toutefois bien peu probable que le projet puisse être stoppé, c'est pourquoi le groupe citoyen espère au moins obtenir les meilleures mesures de mitigation possible afin de réduire au minimum l'impact sur la vie de quartier.

Quelque 1000 camions par jour

Dans une présentation publique dont l'enregistrement vidéo est disponible en ligne, le président et directeur général de Ray-Mont Logistiques, Charles Raymond, explique que 300 000 mouvements de conteneurs sont prévus chaque année, soit 1000 camions par jour qui entrent et sortent du site. À cela, il faut ajouter la circulation des nombreux trains.

[Charles Raymond] a profité d'une faille dans le zonage, dans la planification du territoire, et là tout ce qu'il répète c'est "j'ai le droit, j'ai le droit", mais nous, on a le droit à un environnement de qualité. On a le droit à un quartier en santé. On a le droit à un accès à la nature, réplique Anaïs Houde.

Parmi la foule de plusieurs centaines de manifestants, Catherine Gagnon tenait à marcher pour défendre sa qualité de vie. Propriétaire d'un duplex rue de Ville-Marie, elle a songé à vendre même si elle apprécie sa vie de quartier paisible depuis 14 ans.

Une banderole indiquant « parc nature ».

Les citoyens de l'arrondissement ne veulent pas perdre cet espace de verdure.

Photo : Radio-Canada

Une autre habitante du coin, Laury Bacro, confie se rendre régulièrement dans les espaces boisés pour profiter d'un peu de verdure et que ses filles adorent aller y jouer.

C'est un projet catastrophe, c'est invivable. [Charles Raymond] le dit lui-même, renchérit Anaïs Houde en référence à nouveau à la présentation publique de Ray-Mont Logistiques.

Le PDG a déclaré que depuis le début de son projet, il sait que l'impact sera majeur sur la qualité de vie des voisins immédiats. Charles Raymond affirme avoir tendu la main à la Ville de Montréal pour trouver une manière d'adapter les lieux, mais il allègue qu'on ne l'a pas écouté.

L'arrondissement de MHM a tenté d'empêcher la réalisation du projet industriel en refusant d'abord d'accorder le permis nécessaire au chantier. Toutefois, Ray-Mont a fait appel aux tribunaux et a obtenu gain de cause en raison de la réglementation de zonage en vigueur au moment de l'acquisition du terrain.

Des députés mobilisés

En plus des nombreuses familles et citoyens appuyant le groupe Mobilisation 6600 Parc-Nature MHM, le député provincial Alexandre Leduc et sa collègue fédérale Soraya Martinez Ferrada étaient aussi présents.

Alexandre Leduc, de Québec solidaire, s'est dit déçu de la décision de la Cour d'appel, mais il pense que la lutte n'est pas terminée. Selon lui, il est maintenant important de s'assurer d'aménager le meilleur projet possible.

Le député réclame trois choses à l'entreprise Ray-Mont Logistiques. Trois critères qui lui semblent essentiels à respecter si les dirigeants sont sérieux dans leur ambition d'aller chercher une acceptabilité sociale du quartier.

Alexandre Leduc, député de Québec solidaire

Alexandre Leduc, député de Québec solidaire.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

Il veut d'abord que Ray-Mont dépose ses plans à la Ville le plus rapidement possible afin de trouver un consensus avec les citoyens sur les mesures de mitigation. Il demande aussi une étude d'impact pour justifier les mesures de mitigation et, finalement, il appelle l'entreprise à retirer sa poursuite en dommages de 373 M$ contre la Ville de Montréal pour avoir retardé le projet.

[Ray-Mont] réclame plus de 370 millions à la Ville, mais la Ville c'est nous! C'est les citoyens.

Une citation de :Alexandre Leduc, député de Québec solidaire

Son homologue fédérale, la libérale Soraya Martinez Ferrada, était aussi présente pour écouter les citoyens, a-t-elle déclaré en rappelant à son tour que le tribunal avait donné raison à l'entreprise.

Comme citoyens, ce n'est pas ça qu'on aurait souhaité. On se l'est fait imposer par une cour et j'espère que Ray-Mont Logistiques aura cette responsabilité corporative de parler aux citoyens et à la Ville.

Une citation de :Soraya Martinez Ferrada, députée libérale fédérale

La députée, qui occupe la fonction de secrétaire parlementaire du ministre des Transports, estime que le gouvernement fédéral n'a pas de levier dans ce dossier, bien que le transport maritime et ferroviaire relève de sa compétence. La députée veut tout de même s'impliquer pour faciliter les discussions entre l'entreprise, la Ville et les citoyens.

Tant qu'à l'avoir, il faut que ce soit un projet extraordinaire, et ça va être tout un défi, résume-t-elle en ajoutant que Ray-Mont a une responsabilité corporative devant les citoyens du quartier.

La marche festive a pris le départ à la place Simon-Valois, rue Ontario, avant de déambuler en direction est vers le lieu du futur emplacement de Ray-Mont Logistiques. Les organisateurs ne voulaient toutefois pas se rendre directement sur le terrain privé de la compagnie.

Ray-Mont veut collaborer

Dans une déclaration écrite transmise par courriel, Ray-Mont dit reconnaître les défis de cohabitation entre les activités industrielles du secteur L'Assomption Sud Longue-Pointe et les habitations à proximité.

L'entreprise répète qu'elle a proposé des mesures sérieuses et concrètes aux élus municipaux depuis cinq ans, mais que ceux-ci n'y ont malheureusement jamais donné suite.

Maintenant que les tribunaux ont tranché sur notre droit d'opérer, nous croyons qu'il est de la responsabilité de toutes les parties impliquées de s'asseoir pour développer un projet qui sera à la hauteur des ambitions que nous avons pour Montréal et le secteur.

Une citation de :La compagnie Ray-Mont

Dans une citation attribuée au PDG Charles Raymond, on peut lire que celui-ci veut rassurer les citoyens et développer un projet d'envergure respectueux qui saura répondre aux défis de cohabitation du secteur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !