•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ultime correspondance poétique entre deux poètes de l'Ouest canadien

Un homme debout dans un sentier bordé d'arbres.

L'écrivain J.R. Léveillé

Photo : Courtoisie Roger Léveillé

La maison d’édition At Bay Press fait paraître une correspondance poétique entre le poète franco-manitobain J.R. Léveillé et le poète albertain E.D. Blodgett, décédé en 2018. Un ouvrage bilingue s’inspirant du Renga japonais.

Les deux poètes se connaissaient d’abord dans le texte, mais ce n’est qu’en 2016, lorsque E.D. Blodgett publie Horizons, un recueil de poésie bilingue aux Éditions du Blé, que la rencontre entre les deux se concrétise. J.R. Léveillé signant la préface du recueil, ils se rencontrent le soir du lancement à Winnipeg.

C’est d’ailleurs à ce moment que l’idée d’une correspondance poétique se met à germer, une proposition du poète albertain E.D. Blodgett. Quelques jours plus tard, J.R. Léveillé reçoit le premier poème, de ce qu’allait devenir Ex Nihilo, dans sa boîte courriel.

L’idée était de faire un Renga japonais, un genre de cadavre exquis poétique, comportant plusieurs restrictions que les deux poètes ont pris bien soin de ne pas respecter!

Le Renga c’est une forme japonaise, il y a des règles et certains principes que nous n’avons pas du tout suivis [rires]. À la base du Renga, c’est un échange entre deux poètes, quelqu’un écrit quelque chose et puis l’autre répond et ça se suit à la queue leu leu, explique J.R. Léveillé.

Ainsi, pendant près de deux ans, chacun répondant à l’autre, une cohésion poétique s’installe dans l’ensemble des poèmes formant ce nouveau recueil.

Chaque section tente de comprendre évidemment ce que l’autre disait, retenir une idée, un sentiment, un mot, une image et puis l’intégrer à la réponse. Le poème se construit de réponse en réponse et devient une œuvre vivante en soi, raconte le poète franco-manitobain.

Pour J.R. Léveillé, il y a un va-et-vient dans le recueil entre le concret et l’indicible, quelque chose comme un courant qui perce le livre.

Les choses apparaissent, mais elles disparaissent aussi. Ça a été écrit avec beaucoup de joie et de plaisir. Il y a un aspect abstrait et concret. Peut-être plus concrètement de la part de Ted et peut-être plus abstrait de mon côté, même si tous les deux on va dans les deux versants.

E.D. Blodgett signe ses textes en anglais, alors que ceux de J.R. Léveillé sont en français, permettant un mariage linguistique intéressant. À même la lecture du livre, on peut aisément voir comment chaque langue tire son épingle du jeu tantôt par sa concision, tantôt par son lyrisme.

Le faire dans deux langues c’est tout de même assez inusité. Il faut non seulement entrer dans l’esprit de l’autre personne, mais aussi rentrer dans la langue de l’autre. Je pense qu’il y a une qualité un peu exceptionnelle dans l’utilisation bilingue de cet échange, souligne J.R. Léveillé.

De l’importance de l’objet

Cette correspondance poétique s’est malheureusement terminée à la suite du décès de E.D. Blodgett en 2018, laissant ainsi M. Léveillé la tâche d’amener ce livre à la vie.

Un livre bleu, debout, avec sa jaquette devant.

Le livre «Ex Nihilo»

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Si l’aventure s’est d’abord amorcée pour le simple plaisir de l’écriture, les deux poètes ont rapidement eu l’impression qu’il y avait là un livre, né de cette rencontre.

C’est un peu un legs poétique de la part de Ted. J’en ai parlé avec At Bay Press qui était ravi de le publier. Ils ont fait un travail soigné sur le texte, un travail remarquable de présentation, souligne J.R. Léveillé.

Le livre en soi est de magnifique facture : une jaquette sobre cachant une reliure bleue royale avec, embossé en sa couverture, le titre en écriture cursive dorée. Un objet qui amène au recueillement.

C’est un livre que l’on veut prendre en main et son format étant d’une dimension intime, ça nous conduit à ouvrir les pages et entrer dans l’intimité, je pense, de la voix des deux poètes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !