•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Place 0-5 n'est pas à l'abri d'une refonte

Le ministre Mathieu Lacombe ne cache pas ses insatisfactions envers le guichet unique d'accès aux places en garderie.

Mathieu Lacombe parle dans un micro.

Le ministre québécois de la Famille, Mathieu Lacombe, affirme que « tout est sur la table » à l'approche des consultations publiques annoncées pour la fin mai.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le ministre de la Famille Mathieu Lacombe est de plus en plus transparent sur une éventuelle refonte de La Place 0-5, guichet unique d'accès aux places en services de garde au Québec. « Tout est sur la table », dit-il après avoir admis ses insatisfactions en commission parlementaire cette semaine.

Après avoir évoqué une perte de confiance des parents envers La Place 0-5 le mois dernier, le ministre a partagé ses réserves sur le fonctionnement du guichet unique, jeudi, lors de l'étude des crédits budgétaires.

Il y a une réflexion qui est en train d'être faite sur la façon de gérer le guichet unique. Est-ce qu'on a actuellement les meilleures pratiques? Moi, je pense qu'il y a place à amélioration, a dit Mathieu Lacombe devant les membres de la commission. Il ajoutera plus tard que cet outil-là mérite d'être amélioré.

Les signes d'insatisfaction ont continué de se multiplier au fil de ses échanges avec les parlementaires. La plateforme héritée des précédents gouvernements, a-t-il pris soin de préciser, génère son lot de défis pour le ministère de la Famille. On va dire ça comme ça.

Nous, on trouve que ce qui a été mis sur pied n'est pas à la hauteur des besoins qu'on a.

Une citation de :Mathieu Lacombe, ministre de la Famille, à propos de La Place 0-5

Invité à préciser ses intentions à propos de La Place 0-5, le cabinet du ministre Lacombe a décliné la demande d'entrevue de Radio-Canada. On y a rappelé que des consultations publiques auront lieu fin mai avec tous les partenaires de la petite enfance.

Nous avons reçu plusieurs témoignages concernant le processus d’admission dans les services de garde et aujourd’hui, il est de notre responsabilité d’apporter les meilleures solutions, poursuit le cabinet, sans mentionner précisément La Place 0-5.

Pour le ministre, dit-on, il est essentiel que les parents retrouvent confiance envers le processus d'admission. Pour y arriver, tout est sur la table.

Une éducatrice en garderie discute avec des enfants.

Plusieurs parents peinent à trouver une place en garderie à 8,35 $ ces jours-ci, faute de places subventionnées disponibles.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Relativement récente

La Place 0-5 est un outil relativement récent et est la propriété de la coopérative Enfance Famille, à qui le ministère de la Famille a confié la gestion du guichet unique.

Lancée en 2014 uniquement pour les places subventionnées, la plateforme web est devenue, le 1er septembre 2018, la seule porte d’entrée des parents pour avoir accès à l’ensemble des services de garde reconnus du Québec. Elle est financée par une cotisation prélevée aux services de garde. Depuis 2018, le ministère de la Famille n’a investi aucune somme, indique le Ministère.

Les centres de la petite enfance (CPE), les garderies non subventionnées et les milieux familiaux reconnus sont légalement tenus d'attribuer les places disponibles aux enfants inscrits sur cette liste.

Un enfant qui tient des blocs de Lego dans ses mains.

Le casse-tête du réseau des services de garde sera analysé sous toutes ses coutures lors des consultations publiques, prévues à la fin mai.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Favoritisme

À l'automne 2020, un rapport de la vérificatrice générale a démontré qu'au moins 30 000 enfants non inscrits sur La Place 0-5 avaient obtenu des places en service de garde, ce qui est contraire à la loi, dépassant ainsi des parents qui suivent les règles.

Les critères d'admission de certains services de garde font aussi l'objet de nombreuses critiques, menant à des allégations de favoritisme. Ces critères sont à la discrétion des services de garde en vertu de leur autonomie de gestion.

Le ministre Lacombe dénonçait vivement ces allégations, dès janvier 2020, sans toutefois remettre en question le guichet. Les parents doivent pouvoir avoir confiance en l’intégrité de La Place 0-5, disait-il. Le processus doit être équitable et les règles doivent être respectées. C’est une question d’équité. Point final.

Souvent critiquée pour ce que plusieurs considèrent comme des ratés, l'équipe de La Place 0-5 a dénoncé cette semaine servir de bouc émissaire. La coopérative Enfance Famille croit qu'elle fait partie de la solution et prendra part activement aux consultations annoncées par le ministre.

Elle rappelle que la création de nouvelles places, les politiques d'admission et le respect de la loi ne font pas partie de son mandat. Sa directrice, Marie-Claude Sévigny, était même satisfaite de voir la vérificatrice générale identifier publiquement des problèmes connus de La Place 0-5.

La Place 0-5 corrige le ministre

La coopérative Enfance Famille a par ailleurs rectifié les faits cette fin de semaine, en réaction à des propos tenus par le ministre durant les crédits budgétaires.

Talonné par le député libéral Marc Tanguay au sujet de la liste d'attente de La Place 0-5, Mathieu Lacombe a laissé entendre, jeudi, qu'il n'avait pas accès aux chiffres à jour de la part de la coopérative Enfance Famille.

Les données actuellement rendues publiques par le ministère datent du 31 décembre 2020 et font état de 51 073 enfants inscrits sur la liste d'attente. Marc Tanguay s'est indigné et a jugé anormal que le ministre n'ait pas accès à une donnée plus récente. C'est comme essayer de conduire en regardant dans le rétroviseur, a-t-il pesté.

Durant cet échange, le ministre a fini par dire qu'il aimerait avoir accès en temps réel à cette donnée et qu'il n'obtenait que deux lectures par année, dont une au 31 décembre. Une déclaration qui a fait bondir la coopérative Enfance Famille.

Marie-Claude Sévigny est directrice générale de la coopérative Enfance Famille

Marie-Claude Sévigny est directrice générale de la coopérative Enfance Famille

Photo : Courtoisie/Coopérative Enfance Famille / Antoine Saito

Contrairement à ce que le ministre a affirmé durant la session, son ministère reçoit quotidiennement toutes les données de La Place 0-5 pour les analyser et en tirer des conclusions, a répliqué l'organisation par communiqué. Elle ajoute qu'elle transmet les informations demandées par le ministère en vertu du protocole toutes les nuits depuis 2016.

Invité à commenter, le cabinet de Mathieu Lacombe a dirigé Radio-Canada vers le ministère de la Famille.

Les consultations publiques du ministère débuteront le 25 mai. Elles doivent mener à des modifications à la Loi sur les services éducatifs à l'enfance. Mathieu Lacombe espère présenter les modifications législatives qui en découleront l'automne prochain.

Horaire des consultations publiques

25 mai : Bas-Saint-Laurent et Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

26 mai : Laval, Montréal, Montérégie

27 mai : Laurentides, Lanaudière, Outaouais

28 mai : Centre-du-Québec, Estrie, Mauricie

31 mai : Chaudière-Appalaches et Capitale-Nationale

1er juin : Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec

2 juin : Côte-Nord et Saguenay–Lac-Saint-Jean

4 juin : Consultation avec des élus municipaux

10 juin : Consultation avec les partenaires autochtones

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !