•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La courte saison du flétan bat son plein à Sept-Îles

Des flétans au fond d'un bateau de pêche.

La limite de prises est de 5000 livres de flétan par permis.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Les premiers débarquements de flétan de l'Atlantique ont eu lieu cette semaine à Sept-Îles.

La saison de pêche commerciale est ouverte depuis le 1er mai de Tadoussac à Sept-Îles, mais de forts vents ont retardé le début de la pêche.

La limite maximale individuelle de capture est de 2,6 tonnes, soit 5000 livres par permis.

Vendredi, l'équipage du capitaine Martin Element, rencontré au quai de Sept-Îles, a rapporté 1600 livres de flétan en une seule journée, après avoir été immobilisé à quai en raison du vent pendant presque une semaine.

Martin Element sur son bateau fixe la caméra.

Le capitaine Martin Element

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Cette année, 14 titulaires de permis ont signifié leur intérêt pour participer à la pêche compétitive printanière dans la zone. Cette pêche ne dure que deux semaines et prendra fin le 14 mai. Le quota total de flétan de l'Atlantique est de 36 tonnes.

Des pêcheurs pèsent le flétan.

La pêche au flétan est ouverte depuis le 1er mai pour la zone qui s'étend de Tadoussac à Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Demande en poissons entiers

La poissonnerie Soucy de Sept-Îles vend des flétans entiers à des clients de Sept-Îles, mais aussi à des particuliers et des restaurateurs ailleurs au Québec.

Le poisson entier se vend à environ huit dollars la livre, alors que les filets nettoyés coûtent 20 dollars la livre. Une légère hausse de prix par rapport à l'année dernière en raison d'une plus grande demande.

Deux flétans morts accrochés à des chaînes qui les soulèvent.

La saison du flétan ne dure que deux semaines à Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Ça ressemble à l’année dernière, quoique je pense qu’on a quand même des nouveaux clients. Les gens de Sept-Îles nous appellent avant même que la pêche commence pour réserver un flétan, demander le poids qu’ils désirent avoir pour faire leurs réserves pour l’année. Déjà on a des nouveaux clients qui nous appellent pour leur flétan entier, explique Frédérique Néron, copropriétaire de la poissonnerie Soucy de Sept-Îles.

Frédérique Néron en entrevue à l'intérieur de la poissonnerie.

Frédérique Néron est copropriétaire de la poissonnerie Soucy à Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Depuis le début de la pandémie, la poissonnerie observe une demande accrue pour les produits de la mer locaux.

Avec les informations de Félix Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !