•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contravention de 880 $ pour un anniversaire au parc de planche à roulettes à Ottawa

Les installations pour la planche à roulettes demeurent fermées, en Ontario, en vertu de l’ordre de rester à la maison.

Un jeune homme, portant un masque, avec un casque et une planche à roulette dans une main, tend un papier d'une autre main.

Merrick Batstone, 14 ans, montre l'amende de 880 $ reçue pour s'être rendu dans un parc de planche à roulettes à Ottawa pour son anniversaire.

Photo : Courtoisie/Michelle Opthof

Radio-Canada

Une famille d’Ottawa n’en revient pas d’avoir reçu une contravention de 880 $ pour avoir laissé son garçon de 14 ans aller au parc de planche à roulettes pour son anniversaire.

Lundi, la famille de Merrick Batstone avait décidé de se rendre au parc de planche à roulettes Legacy, le plus grand parc de la ville situé au sud du chemin Baseline et de l’avenue Woodroffe, pour célébrer son 14e anniversaire en profitant de l’air frais et en faisant un peu d’exercice.

La famille indique qu’une fois sur place, aucune barrière ni affiche n’indiquait que le parc était interdit, précisant que le jeune Merrick portait son masque en tout temps, gardant également ses distances avec les autres personnes autour de lui. Il n’a toutefois pas fallu beaucoup de temps avant qu’un agent municipal ne se présente et demande à toutes les personnes présentes de quitter les lieux.

La famille assure toutefois qu’à aucun moment, il ne leur a été demandé de fournir une preuve d’identité. Pourtant, quelques jours plus tard, un agent de règlements municipaux de la Ville d'Ottawa est venu cogner à leur porte pour leur remettre une amende de 880 $ pour avoir enfreint les restrictions sanitaires en vigueur pour lutter contre la COVID-19.

J’étais sous le choc, raconte Michelle Opthof, la mère de Merrick Batstone. 880 $, ça peut être le montant d’un loyer pour une personne, je n’en revenais pas!

Je me sentais vraiment mal, soupire Merrick Batstone. Je pense que j’avais vraiment pris toutes les précautions nécessaires, comme de garder une distance de deux mètres, et honnêtement, je ne vois vraiment pas ce que j’ai fait de mal.

Décourageant, dit la mère de Merrick

L’ordre de rester à la maison, mis en place le mois dernier, interdisait au départ l’utilisation de toutes les installations récréatives extérieures, comme les terrains de jeu. Mais la polémique suscitée par cette décision avait finalement fait reculer le gouvernement Ford quelques jours plus tard

Mme Opthof était persuadée que cela incluait aussi les parcs de planches à roulettes.

Ça m’a vraiment frustrée parce que nous, comme famille, nous faisons vraiment tout ce que nous pouvons [pour respecter les mesures sanitaires] et on nous punit pour ça! Ça m’a vraiment découragée, confie-t-elle.

Merrick Batstone s’est récemment cassé le bras. La planche à roulettes est l’une des rares activités qu’il peut encore pratiquer, raconte-t-il.

Je peux rester à l’intérieur et jouer de la guitare, mais ce n’est pas vraiment de l’exercice, dit-il.

Dispositif renforcé dans les parcs

Michael Lalonde, du département des Services des règlements municipaux de la Ville d'Ottawa, indique que la Ville a récemment déployé plus d’agents municipaux dans les parcs de planche à roulettes et sur les terrains de basket en raison d’un nombre croissant de plaintes.

Nos agents font ça depuis un peu plus d’un an. Ils connaissent les récidivistes et les endroits qui posent problème dans les parcs. Notre objectif est toujours d’éduquer, mais parfois cela ne suffit pas, déclare-t-il.

Mais la famille ottavienne assure qu’il s’agissait de sa première rencontre avec un agent municipal dans un parc de planche à roulettes.

Lorsque les agents n’arrivent pas à identifier directement les contrevenants présumés, ils ont 30 jours pour leur donner une contravention, précise M. Lalonde.

Il assure que des affiches avaient été installées sur le parc, mais que peut-être celles-ci ont été arrachées.

Une affiche de la Ville d'Ottawa sur laquelle on peut lire que le masque est obligatoire dans le parc.

Le port du masque est obligatoire à moins de cinq mètres des équipements dans les parcs à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Bien que nous ne pouvons confirmer les détails de cette affaire, car elle est actuellement devant les tribunaux, la Ville peut confirmer qu'aucune personne de moins de 16 ans ne peut légalement être condamnée à une amende et n'a été condamnée à une amende dans ce dossier, a précisé Tania McCumber, directrice par intérim du département des Services des règlements municipaux de la Ville d'Ottawa, dans un communiqué envoyé par courriel, vendredi.

Le nom de Mme Opthof se trouve donc sur la contravention, bien qu’elle ne se trouvait pas elle-même dans le parc de planche à roulettes au moment des faits. Elle indique qu’elle surveillait son fils depuis sa voiture et que les agents municipaux ne l’avaient même pas vue avant qu’elle ne s’approche pour demander si sa famille devait quitter les lieux.

La famille indique son intention de contester la contravention et souhaite aussi savoir pourquoi les parcs de planche à roulettes sont interdits, quand les terrains de jeu et les autres installations extérieures sont accessibles.

Le beau-père de Merrick Batstone, Jamie Bonaparte, assure que sa famille est heureuse de suivre les recommandations de santé publique, mais elles doivent être basées sur la preuve qu’elles font vraiment une différence, dit-il.

Avec les informations de Nicole Williams et de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.