•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camions de cuisine de rue : plusieurs déplorent une erreur de communication de Gatineau

Un camion de cuisine de rue.

La Ville de Gatineau dit avoir constaté que les camions de cuisine de rue généraient des rassemblements (archives).

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Radio-Canada

Plusieurs restaurateurs ont manifesté leur déception, samedi, face à la décision de la Ville de Gatineau d'exiger de nouvelles mesures sanitaires, empêchant ainsi l'ouverture de camions de cuisine de rue.

Le stationnement du BBQ Shop était le seul endroit où les citoyens ont pu profiter de ce genre de service puisque le restaurant a déménagé sa cuisine dans son camion, en raison d'un sinistre.

Aux yeux du copropriétaire du groupe Portobella, Joe Rego, il est clair qu'il y a eu un gros manque de communication.

Il y a probablement eu un peu de panique. Sûrement [...] qu’il y a eu des plaintes ou des vidéos, ou des photos, des semaines passées, a-t-il dit en entrevue avec ICI Ottawa-Gatineau.

Il y a une limite à notre responsabilité, a-t-il ajouté. Nous, [c'est] comme un restaurant. Tu viens ramasser ta commande et tu t’en vas avec. Il n’y a pas de chaises, pas de tables. Il n'y a rien [indiquant] au monde qu’ils peuvent rester là.

Louise Boudrias, conseillère du District du Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond, est d'avis qu'il y a eu des lacunes dans la communication.

Il y avait peut-être quelques mesures qu’on devait améliorer, c’est évident, mais on aurait dû mieux communiquer avec les gens pour leur expliquer, a-t-elle commenté.

Les gens ont su ça à la dernière minute. Ils ont perdu une journée de vente et certains, deux. Comme on le sait, c’est une période extrêmement difficile alors pourquoi la Ville n’est pas arrivée avec des solutions? a-t-elle lancé.

La Ville a dit, vendredi, avoir remarqué, ces dernières semaines, que les camions de cuisine de rue entraînaient de nombreux regroupements, nuisant aux mesures sanitaires mises en place contre la COVID-19, alors que Gatineau est encore soumis aux mesures d’urgence spéciales.

L’engouement que crée la présence de camions de rue sur notre territoire amène des enjeux de santé et de sécurité dans le contexte pandémique. En effet, étant donné le nombre de personnes qui s’y déplacent, les consignes sanitaires dictées par la Santé publique sont plus difficiles à respecter, a expliqué Paméla Touchette-Giroux, du service des communications de la Ville de Gatineau, dans un courriel.

Elle a donc demandé aux restaurateurs concernés la mise en place de mesures supplémentaires pour prévenir la pandémie.

Les restaurateurs doivent ajouter un marquage au sol permettant de délimiter la distanciation physique de deux mètres dans les files d’attente. Ils doivent aussi installer des affiches rappelant l’interdiction de consommer de la nourriture sur place et d’autres affiches rappelant les mesures sanitaires de base en vigueur. Enfin, ils doivent également se doter d’un mécanisme permettant d’assurer le respect et l’application des mesures sanitaires, comme par exemple en chargeant un de leurs employés d’en assurer la surveillance auprès des clients.

Engouement pour la cuisine de rue

Le conseiller Jean-François LeBlanc, qui porte le projet des camions de cuisine de rue à Gatineau depuis plusieurs mois, s'est réjoui de l’engouement déjà suscité par les camions de rue.

Les food trucks ont été un succès. Ça mobilisait beaucoup de gens, les gens participaient. Mais les policiers ont remarqué qu’il y avait un enjeu de santé publique. Ça allait un peu à l’encontre des efforts mis en place pour lutter contre la COVID. Les food trucks généraient des événements qui ne cadraient pas avec les mesures de zone rouge foncé, a insisté le conseiller.

La Ville s'est dite consciente des difficultés des restaurateurs avec les mesures actuelles, mais a insisté que la santé prime.

La Ville comprend la déception des restaurateurs qui se sont préparés pour la fête des Mères. Toutefois, la santé et la sécurité de tous doivent primer dans ce contexte particulier, a indiqué Mme Touchette-Giroux.

Elle a rappelé que la Ville s’est dotée d’un nouveau règlement pour autoriser les camions de cuisine de rue à 17 endroits déterminés, en avril. Les restaurateurs avaient d'ailleurs jusqu’à vendredi pour faire un appel de propositions.

En attendant, les restaurateurs peuvent demander des permis d’événements. Mais désormais, il leur faudra donc se conformer à ces nouvelles mesures sanitaires.

Avec les informations de Samuel Blais-Gauthier, de Benjamin Vachet et de Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !