•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La naturopathe Mitra Javanmardi coupable d’exercice illégal de la médecine

Mitra Javanmardi

Mitra Javanmardi a été acquittée de toute responsabilité criminelle par la Cour suprême en novembre 2019.

Photo : CBC

Radio-Canada

La naturopathe Mitra Javanmardi a été déclarée coupable vendredi d’exercice illégal de la médecine par la Cour du Québec, près de 13 ans après le décès d’un de ses clients.

Mme Javanmardi avait effectué un traitement par injection sur Roger Matern, un patient de 84 ans, au Centre de santé Westmount, le 12 juin 2008. L’homme est mort quelques heures plus tard.

Une poursuite pénale a été autorisée à la demande du Collège des médecins en octobre 2008. L’institution lui reproche d’avoir procédé illégalement à un traitement médical par voie intraveineuse sur un client.

Roger Matern était déjà suivi par un cardiologue et une équipe de l'Institut de cardiologie de Montréal. Il souffrait d'insuffisance cardiaque et de difficultés respiratoires, en plus d'avoir de l'eau dans les poumons.

Les médecins ne pouvant plus améliorer davantage son état de santé, Roger Patern avait décidé de se tourner vers la médecine parallèle. Il a eu recours aux services de Mme Javanmardi sur la recommandation d'un ami.

Après une évaluation, la naturopathe lui a proposé un traitement de minéraux à être administrés par perfusion intraveineuse et il a accepté.

Après quelques minutes, l’homme a éprouvé des malaises. Mme Javanmardi a retiré l’aiguille et mis fin au traitement. M. Matern est décédé à l’hôpital dans les heures suivantes d’un choc endotoxique.

Il s’avèrera qu’une des fioles de nutriment ayant servi à l’injection était contaminée. L’empoisonnement s’en est suivi, peut-on lire dans document judiciaire.

Dans son jugement, la juge Dominique Benoit de la Cour du Québec écrit : l’acte illégal étant admis relativement au traitement administré par voie intraveineuse, il est prouvé que la défenderesse a exercé la médecine sur la personne de Roger Matern sans permis d’exercice, tel que reproché. Elle a clairement enfreint la Loi médicale et le Code des professions.

Le Collège des médecins avait suspendu sa poursuite pénale pour exercice illégal de la médecine en raison des accusations criminelles qui pesaient contre la naturopathe. L’audience a finalement eu lieu le 22 octobre 2020.

Mitra Javanmardi a été acquittée en avril 2015 des accusations de négligence criminelle ayant causé la mort et d’homicide involontaire par un acte illégal.

En mai 2018, la Cour d’appel du Québec a déclaré Mme Javanmardi coupable d’homicide involontaire et ordonné un nouveau procès sur le chef de négligence criminelle causant la mort.

Finalement, la Cour suprême du Canada a rétabli les acquittements en novembre 2019. Elle a donc été acquittée de toute responsabilité criminelle dans ce décès, peut-on lire dans le document de cour.

Avec les informations de Geneviève Garon

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.