•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Haltérophilie : une adolescente du Nord de l’Ontario rêve aux Olympiques

Naza Grant sourit, un haltère à ses pieds, dans un gymnase.

Naza Grant a remporté trois médailles à sa première compétition en haltérophilie.

Photo : Avec l'autorisation de Jimmy Côté

La Kapuskoise Naza Grant, âgée de 15 ans, vient de remporter trois médailles d'argent aux Championnats canadiens d’haltérophilie junior en ligne. À sa première compétition dans ce sport, l'adolescente a su attirer les regards de l'équipe nationale, selon son entraîneuse.

L'athlète, qui a commencé à patiner à l’âge vers l'âge de 3 ans, a dû se trouver une nouvelle voie pour continuer de faire du sport de façon compétitive.

En raison de la pandémie, ses compétitions de patinage artistique ont dû être annulées.

Naza Grant en train de patiner.

Naza a participé à une première compétition de patinage artistique à l’âge de 9 ans et a participé à cinq championnats provinciaux consécutifs.

Photo : Avec l'autorisation de Naza Grant

J’ai découvert l’haltérophilie pour renforcer mon patin et être plus solide sur la glace, explique Naza Grant.

C’était censé être juste pendant la saison morte, le temps de renforcer ses jambes, puis elle est tombée en amour [avec le sport], raconte l’entraîneuse d’haltérophilie Kaylee Wedge.

Vu qu’elle n’avait pas de compétitions de patin, on a pu se concentrer sur l’haltérophilie, explique l'entraîneuse.

Naza ne peux pas s'entraîner comme d'habitude en raison du confinement et affirme qu'elle n'a pas beaucoup de place chez elle. Je fais le mieux que je peux avec ce que j'ai.

Une première expérience positive

Cette année, l’équipe ontarienne a étendu la possibilité de représenter la province aux championnats juniors canadiens à tous les jeunes athlètes intéressés.

C’est comme ça que Naza a eu la chance d’aller au national cette année. Je suis certaine que les gens ont vu à quel point elle était bonne.

Une citation de :Kaylee Wedge, entraîneuse d’haltérophilie
Une femme s'entraîne en halthérophilie.

En raison de la pandémie, Naza Grant doit compléter son entraînement dans le sous-sol de la demeure familiale à Kapuskasing.

Photo : Natacha Lauzon Grant

L'événement s'est tenu de façon virtuelle cette année.

C'était pas la vraie affaire, tu ne vis pas toute l'expérience d'aller à la compétition et de voir tes adversaires, admet Naza, qui dit avoir tout de même aimé son expérience.

J’aimerais ça peut-être me rendre aux Olympiques, confie Naza. On me dit que j’ai du potentiel, donc j’aimerais essayer du mieux que je peux.

Naza Grant porte trois médailles.

Naza Grant pose fièrement avec ses trois médailles d'argent gagnées à ses premiers championnats canadiens d’haltérophilie junior.

Photo : Natacha Lauzon Grant

Selon son entraîneuse, Naza s’est améliorée depuis un an sur le plan mental lorsqu’elle rencontre des difficultés.

Maintenant, si ça ne va pas bien, elle est capable de [se ressaisir], de prendre une grande respiration et après elle est capable de réussir le mouvement, souligne Kaylee Wedge.

Une transition logique

Kaylee Wedge voit beaucoup de points communs entre les patineuses et les haltérophiles qui peuvent faciliter la transition d’un sport à l’autre.

Je trouve que [les patineurs et patineuses] sont les athlètes qui sont les plus conscients de la façon dont leur corps bouge, affirme l’entraîneuse.

Naza Grant effectue un épaulé-jeté dans un gymnase.

Naza Grant s'est mise à l'haltérophilie pour devenir « plus solide sur la glace ».

Photo : Avec l'autorisation de Jimmy Côté

Kayla précise que la position des parties du corps est très importante en haltérophilie. Elle ajoute que dans les deux sports, la puissance musculaire est un atout indéniable.

Naza Grant n’est d’ailleurs pas la première patineuse à s’entraîner au club d’haltérophilie de Kapuskasing.

Avec les informations de Jimmy Chabot

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !