•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CP ne veut pas surenchérir dans sa bataille avec le CN aux États-Unis

Un train du Canadien Pacifique.

Le Canadien Pacifique juge que son offre pour Kansas City Southern demeure appropriée.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dick

Le Canadien Pacifique (CP) n'explore pas, pour l'instant, la possibilité de bonifier son offre pour Kansas City Southern, malgré la pression des actionnaires. « Il n'y a pas de nécessité à ce moment-ci de considérer ça parce que nous avons une entente avec Kansas City Southern [KCS] », a déclaré Isabelle Courville, présidente du conseil d'administration du CP, dans une entrevue exclusive à Zone économie.

Il y a le Canadien National [CN] qui a fait une offre non sollicitée au conseil d'administration de KCS, mais cette offre est en évaluation. Et cette évaluation porte sur le processus de réglementation, a expliqué Mme Courville sur les ondes d'ICI RDI, vendredi soir.

En attendant, le CP juge que son offre demeure appropriée. Pour le moment, la réponse claire, a ajouté la présidente du C. A., c'est que nous n'avons aucune intention de bonifier notre offre, parce que c'est la seule qui est sur la table.

L'offre du Canadien National pour acheter Kansas City Southern s'élève à 34,7 milliards de dollars américains. Cela correspond à 325 $ US par action. La proposition du Canadien Pacifique est de 25,2 milliards, soit 275 $ US par action. Or, le titre de KCS à la Bourse de New York a clôturé, vendredi après-midi, à 305,22 $ US l'action, ce qui laisse entendre que les actionnaires de l'entreprise américaine s'attendent à ce que le CP bonifie son offre.

Notre projet est pour toutes les parties prenantes de KCS. Pour les actionnaires, vous avez totalement raison, mais aussi pour les clients, aussi pour le régulateur, parce qu'il doit approuver la transaction.

Une citation de :Isabelle Courville, présidente du C. A. du Canadien Pacifique

Pour la présidente du conseil d'administration du CP, c'est difficile de bidder contre nous-mêmes, comme on dit; l'autre offre est dans les limbes de la réglementation pour le moment.

L'autre offre, c'est celle du CN. Dans un communiqué, le Canadien National affirme pouvoir obtenir les mêmes approbations que le CP sur le plan réglementaire, ce que rejette Isabelle Courville. Le seul point d'interconnexion entre le Canadien Pacifique et KCS, c'est à Kansas City dans une cour de triage qu'on gère de façon conjointe. Il n'y a qu'un point de contact.

Le Canadien Pacifique affirme que sa proposition va augmenter la concurrence et offrir de nouvelles possibilités aux entreprises canadiennes vers le Mexique. C'est une nouvelle offre qui était inexistante avant la fusion des deux organismes. Je peux vous parler du secteur du grain, des ressources naturelles, du secteur du pétrole : dans chacun des cas, il y a des exemples où les expéditeurs auront des offres nouvelles qu'ils n'avaient pas avant. Alors, c'est ça, augmenter la concurrence, conclut Mme Courville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !