•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation en soutien à la communauté colombienne devant le parlement à Ottawa

Des manifestants portants le masque brandissent le drapeau de la Colombie devant la flamme du centenaire.

Une manifestation en soutien à la Colombie a eu lieu, vendredi en fin de journée, devant le parlement à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Radio-Canada

En soutien à la communauté colombienne, une manifestation s'est tenue devant le parlement à Ottawa, vendredi, en fin d'après-midi, afin de dénoncer la répression policière sur les manifestants en Colombie.

Cela fait maintenant deux semaines que la Colombie est secouée par des manifestations contre le gouvernement de droite du président Ivan Duque. Mercredi, on rapportait 24 morts et 850 blessés.

La manifestation, vendredi, à Ottawa, visait à dénoncer la réponse féroce du gouvernement sur sa population, qui ne fait qu'exercer son droit de manifester, selon le porte-parole du collectif S.O.S Colombie, Alfonso Ibarra Ramirez.

Selon ce dernier, une réforme fiscale est à l'origine du tumulte dans son pays natal. Tous les secteurs confondus se sont lancés dans les rues pour dénoncer cette réforme-là, a-t-il ajouté.

Non seulement le gouvernement de la Colombie impose une réforme fiscale tout à fait injuste par-dessus toute l'iniquité sociale qu’on connaît en Colombie, mais en plus, vu que les gens ont manifesté de façon pacifique, il y a eu de la répression policière.

Une citation de :Alfonso Ibarra Ramirez, organisateur de la manifestation

M. Ibarra Ramirez a souligné que 42 % de la population se trouvait en situation de pauvreté, que les emplois étaient précaires et que le chômage atteignait des sommets au pays. Dans ce contexte, la population s'attendait à des mesures qui viennent en aide, qui supportent la population.

Des manifestants devant le parlement à Ottawa.

Depuis deux semaines, la Colombie est aux prises avec des manifestations violentes qui ont coûté la vie à plus d'une vingtaine de personnes.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Le gouvernement colombien a dû reculer sur quelques points, mais les manifestations n'ont pas cessé, a expliqué ce dernier.

L'organisateur de la manifestation a aussi réclamé que le gouvernement canadien prenne position, rappelant que la réponse à la crise au Venezuela avait été forte et rapide.

La réponse du gouvernement canadien a été très timide jusqu'à maintenant, a-t-il commenté, ajoutant que le gouvernement du Québec a déjà dénoncé les événements, tout comme l'Union européenne.

Pour le droit de manifester, contre la violence

Dans une déclaration écrite, l'ambassade de la Colombie au Canada a rappelé qu'il était permis, selon la constitution du pays, de manifester pacifiquement et que les autorités nationales respectent ce droit.

On s'empresse toutefois d'ajouter que la violence, le vandalisme et l'entrave aux chaînes d'approvisionnement de produits essentiels, en bloquant les routes, ne peuvent être tolérés.

L'exercice du droit de protestation doit respecter les droits et libertés des citoyens.

Une citation de :Extrait de la déclaration de l'ambassade de Colombie au Canada

L'ambassade a également fait valoir que les autorités avaient le devoir de protéger et de défendre des droits des citoyens touchés par les actes de violence.

Aucun cas de recours excessif à la force ne restera impuni, a-t-on assuré, c'est pourquoi, 45 enquêtes disciplinaires sont en cours.

Avec les informations de Mama Afou

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !