•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes plus touchés par l’éclosion de COVID-19 à Yellowknife

Une infirmière vaccine Riley Oldford.

Riley Oldford, 16 ans, a été la permière personne de moins de 18 ans à recevoir une dose du vaccin de Pfizer-BioNtech, le jeudi 6 mai. Yellowknife conaît une éclosion importance de cas dans une école primaire.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Les jeunes comptent pour 90 % des cas d'infection au SRAS-CoV-2 après une éclosion dans une école primaire de Yellowknife, selon la médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest, Kami Kandola.

Les 47 infections au SRAS-CoV-2 de Yellowknife sont directement liées aux élèves de l’École N.J.- Macpherson et à leurs familles ou contacts rapprochés, selon la Dre Kandola.

L'entrée principale de l'École N.J.-Macpherson à Yellowknife.

Plus de 1000 personnes ont été identifiées comme des contacts étroits de l'éclosion à l'École N.J.-Macpherson.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Aucun cas n’a été lié aux nombreux endroits à haut risque d’exposition définis par la santé publique depuis la semaine dernière.

Toutefois, selon la Dre Kandola, cela ne veut pas dire que les personnes qui ont dû s'isoler pour avoir été exposées ne courent pas le risque d’être infectées, même si leurs premiers résultats de tests de dépistage ont été négatifs.

La période d’incubation du virus peut atteindre plus de 14 jours après la date d’exposition. Certaines personnes ont reçu un résultat de test positif lors de leur 14e journée [après l'exposition] et d’autres l’ont même reçu après.

Une citation de :Kami Kandola, médecin hygiéniste en chef des T.N.-O.

Plus de 1000 personnes ont été identifiées comme contacts rapprochés des personnes infectées depuis la semaine dernière et sont actuellement en isolement.

Après avoir reçu les résultats de laboratoire des tests d’au moins 10 personnes infectées, la Dre Kandola a aussi pu confirmer que le variant B.1.1.7 (d'abord identifié au Royaume-Unis) est à l'origine de l’éclosion.

Bien qu’elle ne soi toujours pas en mesure de confirmer comment le virus est arrivé dans l’école, Kami Kandola dit à présent qu'elle a des raisons de croire que c’est lié à un autre groupe de cas identifiés à Yellowknife en avril.

La vaccination des adolescents est commencée

La vaccination des 12 à 17 ans a commencé jeudi à Yellowknife avec le vaccin de Pfizer-BioNTech.

En deux heures, mercredi, les quelque 505 rendez-vous disponibles en ligne se sont envolées, selon la santé publique.

Yellowknife vaccine déjà ses jeunes

D’autres rendez-vous devraient être disponibles mardi à Behchoko, et mercredi, à Yellowknife.

Les prochaines livraisons du vaccin permettront à la santé publique d’envoyer ses cliniques de vaccination mobiles dans les 31 autres collectivités du territoire au cours des prochaines semaines, pour y vacciner les plus jeunes.

Le gouvernement n’écarte pas la possibilité d’organiser des cliniques de vaccination dans les écoles, comme il a l’habitude de le faire pour d’autres vaccins.

Par ailleurs, la Dre Kandola estime être en mesure de donner plus de détails sur la réouverture des écoles de Yellowknife, de Ndilo, de Dettah et de Behchoko, la semaine prochaine, quand elle aura une meilleure idée de la situation en ce qui concerne l’éclosion.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !