•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet collaboratif veut lutter contre l’intimidation dans la Fransaskoisie

Un jeune garçon assis au pied d'un mur ayant l'air triste.

Quatre organismes fransaskois ont reçu le financement du ministère du Patrimoine canadien. (archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Le ministère du Patrimoine canadien annonce le financement d'un projet qui va permettre de contrer et de prévenir les actes de discrimination et d’intimidation au sein de la communauté francophone de la Saskatchewan.

Le projet a été dévoilé par Le Partenariat provincial interculturel, un groupe composé de quatre organismes fransaskois : l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), la Communauté des Africains francophones de la Saskatchewan (CAFS), le Conseil culturel fransaskois (CCF) et le Conseil des écoles fransaskoises (CEF).

La présidente du CCF et porte-parole du groupe, Anne Brochu Lambert, affirme que le soutien financier a été accueilli avec enthousiasme au sein de la communauté.

Ce nouveau financement du Patrimoine canadien est une reconnaissance importante, un support pour la communauté dans ses initiatives et nos efforts conjoints, non seulement pour enrayer la discrimination et l’intimidation qui sévissent, mais aussi pour bâtir des espaces de dialogues respectueux et collaboratifs, peut-on lire dans un communiqué.

La présidente de la CAFS, Sylvie Niyongere, confirme que cette nouvelle étape permettra une avancée concrète dans le développement du projet Mieux-vivre ensemble .

Le financement du Patrimoine canadien a aussi permis d'embaucher un coordonnateur pour le projet. Napoléon Hatungimana, qui est entré en fonction le 3 mai dernier, n’en est pas à sa première expérience communautaire. Il a notamment passé neuf ans au sein de l’ACF.

La communauté francophone de la Saskatchewan espère que ce projet va améliorer le soutien aux personnes victimes d’actes de discrimination et d’intimidation. Mieux-vivre ensemble privilégiera le dialogue entre chaque membre de la Fransaskoisie, afin que personne ne se sente mis de côté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !