•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une médecin d'Edmonton est accusée d'avoir surfacturé l'Alberta jusqu'à 4 M$

Son cabinet offrait notamment des services comme des injections de Botox et des produits cosmétiques.

Une injection de Botox dans les lèvres.

Les facturations frauduleuses auraient commencé il y a huit ans.

Photo : getty images/istockphoto / Aleksandr Rybalko

Radio-Canada

Une médecin aurait frauduleusement surfacturé le gouvernement albertain pour un montant de 3,5 à 4,1 millions de dollars.

Dans un communiqué publié vendredi, le service de police d'Edmonton dit avoir arrêté une femme de 33 ans le 23 avril. Elle est accusée de fraude de plus de 5000 $ et de vol de plus de 5000 $.

Selon la police, elle aurait commencé à rédiger des facturations frauduleuses en 2013.

En avril dernier, le ministère de la Justice a demandé à l'équipe de la police chargée des crimes économiques d'aider les enquêteurs de Services de santé Alberta à procéder à l'arrestation.

L'accusée est inscrite en tant que praticienne de médecine générale sur le site web du Collège des médecins et chirurgiens de l'Alberta. Le site montre cependant un statut inactif et indique qu'elle n'accepte pas de nouveaux patients.

Il est aussi écrit sur le site web que l'accusée n'a jamais fait l'objet de mesures disciplinaires.

Des informations à son sujet sur le site de l'Association canadienne de l'esthétique médicale montrent que l'ancienne étudiante de l'Université de l'Alberta avait un intérêt particulier pour ce genre de médecine ainsi que pour les produits esthétiques injectables.

Services de santé Alberta a refusé de se prononcer sur cette affaire, puisqu'elle est devant les tribunaux. Une de ses porte-parole, Zoe Cooper, a toutefois souligné dans une déclaration qu'il tentera de récupérer l'argent comme il le fait généralement dans les cas de fraude et de surfacturation.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.