•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ciné-parc pour le festival du documentaire DOXA

Des voitures sont stationnées devant un écran géant en pleine nature.

Un ciné-parc

Photo : iStock

Richard Thériault

Le festival du documentaire DOXA célèbre son 20e anniversaire cette année. Bien que l'événement qui s'est amorcé jeudi soit toute virtuelle cette année en raison de la pandémie, une activité rassembleuse est au programme.

La directrice des programmes du festival, Selina Crammond, tenait à trouver une façon de souligner le 20e anniversaire avec les festivaliers.

J’ai vu que certains événements culturels au Canada avaient mis en place des ciné-parcs et on s’est dit qu’on devait essayer, dit-elle.

Une partie de la programmation sera ainsi présentée à l'extérieur du 13 au 15 mai.

Après un peu de recherches, l’amphithéâtre de l’Exposition nationale du Pacifique (PNE) s’est imposé pour recevoir les cinéphiles. Le parterre devant la scène peut accueillir 50 véhicules en respectant les normes sanitaires et des infrastructures, comme les toilettes, sont déjà en place. Un écran DEL de 10 mètres sur 5 mètres permettra de visionner les films en plein jour. Un émetteur installé sur place permettra aux visiteurs d’écouter le film à l’aide de la radio dans leur voiture.

En tout, sept films, majoritairement canadiens, seront présentés en formule ciné-parc. Cinq des sept productions proviennent de la côte ouest. Un choix délibéré pour attirer le public local.

Il en coûtera une cinquantaine de dollars par véhicule pour chaque représentation, peu importe le nombre d'occupants du véhicule.

Plan dessiné du site de l'amphithéâtre.

Plan du site de l'amphithéâtre du PNE

Photo : Pacific National Exhibition

French French

Le DOXA propose également une foule d'autres documentaires en ligne provenant des quatre coins du monde. Depuis sept ans, le festival offre notamment une sélection de documentaires français, regroupés sous le volet French French. Cette année, ce sont trois films produits par des réalisateurs qui ont déjà fait partie du DOXA.

Claire Simon présente Le fils de l’épicière, le maire, le village et le monde, un film sur le village de Lussas, en Ardèche, en France, où se tiennent depuis 40 ans les états généraux du documentaire.

Une femme regarde vers le haut.

La réalisatrice française Claire Simon présente deux de ses films lors du festival DOXA 2021.

Photo : Claire Simon

Être vivant et le savoir est quant à lui le dernier film d’Alain Cavalier qui a été présenté en sélection officielle hors compétition à Cannes en 2019. Un film à ne pas manquer, selon le programmateur du French French, Thierry Garelle.

Le film est une espèce d'expérience de la mort et de la vie en même temps et de ses réflexions. C'est Marc Aurèle. si vous voulez, mais c'est fait avec une douceur. C'est un cinéma très difficile à décrire, mais qu'on n'oublie jamais.

Deux garçons assis sur le sol, dont l'un lit un livre.

«J 'ai grandi loin de vous » est un documentaire sur la vie d'un garçon de 15 ans qui vit en foyer d'accueil.

Photo : Marie Dumora

La réalisatrice Marie Dumora signe pour sa part Loin de vous j’ai grandi, qui parle de la vie d’un adolescent de 15 ans en foyer d’accueil, loin de sa famille. Marie Dumora documente la famille du garçon depuis des années et a réalisé d’autres portraits des membres de cette famille.

Pour souligner son 20e anniversaire, le DOXA, qui se poursuit jusqu'au 16 mai, revient aussi avec six films marquants qui ont été présentés dans les festival précédents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !