•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la campagne de vaccination à Ottawa décortiquée et expliquée

Gros plan sur une fiole du vaccin contre la COVID-19.

La vaccination contre la COVID-19 à Ottawa progresse.

Photo : Francis Ferland

Radio-Canada

Dans la grande région d’Ottawa, les directives de vaccination contre la COVID-19 peuvent semer la confusion pour certains. Les critères changent, les informations abondent. Pour y voir plus clair, Radio-Canada propose un tour d’horizon sur les efforts d’immunisation dans la capitale fédérale.

Il n'y a pas que les résidents d'Ottawa qui observent une certaine confusion dans la campagne de vaccination dans la capitale fédérale et à l'échelle de la province. C’est aussi l’avis du Dr Hugues Loemba, clinicien-chercheur, médecin de famille et virologue à l’Hôpital Montfort.

Oui, il y a des cliniques communautaires organisées ça et là [...], des cliniques temporaires dans certains quartiers de manière aléatoire, sans préavis, ce qui fait que les gens ne sont pas toujours au courant et puis, il y a les pharmacies. Mais cette stratégie est difficile à lire. Au fur et à mesure, ça change et on ne sait pas quels sont les critères qu'ils utilisent pour la mise en place de cette stratégie de vaccination, analyse le Dr Loemba en entrevue, disant avoir été questionné par plusieurs de ses patients.

La campagne de vaccination au Québec a été mieux communiquée.

Une citation de :Dr Hugues Loemba, médecin de famille et virologue à l’Hôpital Montfort

Selon le médecin de famille, le Québec fait mieux de l'autre côté de la rivière.

Même s'il y a eu un peu de grogne par rapport à la prise de rendez-vous [...] c'est plus clair, il y a moins de confusion et on y communique un peu mieux sur ce qu'on va faire à court terme. Il y a une meilleure vision de la planification, estime-t-il.

À Ottawa, les autorités offrent différentes solutions pour se faire vacciner.

Cliniques communautaires

D’abord, au sein des cliniques communautaires où les personnes de 50 ans et plus peuvent maintenant recevoir le vaccin, tout comme les femmes enceintes et les personnes avec des problèmes de santés reconnus.

Les cliniques de vaccination communautaire acceptent aussi les travailleurs essentiels qui ne peuvent pas travailler à domicile. Cela inclut le personnel des écoles primaires et secondaires, ainsi que les intervenants d’urgence comme les policiers et les pompiers.

Les résidents 18 ans et plus de certains secteurs fortement touchés dont le code postal débute par K1T, KIV, K2V, peuvent aussi se faire immuniser contre la COVID-19.

En pharmacie

Le vaccin est aussi offert en pharmacie. Il s’agit du vaccin d’AstraZeneca et les doses sont destinées aux personnes de 40 ans et plus.

Cinq pharmacies situées dans les quartiers chauds de la capitale ont également reçu une centaine de doses du vaccin Moderna vendredi et devraient en recevoir une centaine par semaine d'ici la fin du mois, afin de les offrir à tous ceux qui ont 18 ans et plus.

Cliniques éphémères

Les autorités ont également déployé des cliniques de vaccination éphémères dans différents secteurs de la ville considérés à haut risque, où les conditions sociales, sanitaires et épidémiologiques le justifient, comme dans le quartier Vanier, Overbrook, Manor Park et Côte-de-sable, notamment. Toutes les personnes de 18 ans et plus qui habitent ces quartiers sont admissibles.

Des gens font la file à l'extérieur d'un bâtiment.

Plusieurs personnes faisaient la queue cette semaine lors de la clinique de vaccination éphémère, tenue mardi et jeudi, dans le quartier Overbrook considéré comme un des 18 secteurs à haut risque.

Photo : Radio-Canada / Andre Dalencour

Certains se questionnent toutefois sur la manière dont sont déployées les cliniques éphémères, comme le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, qui souhaite plus d'éclaircissement.

Ça fait plus d’une semaine, depuis qu’ils ont annoncé Heatherington, depuis qu’ils ont annoncé les cliniques pop-up à Overbrook, qu’on demande : pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez choisi celles-là? Pourriez-vous aussi nous donner un aperçu si on peut s’attendre à recevoir d’autres cliniques éphémères, au mois au cours de la prochaine semaine? Pour l’instant, c’est une situation où on n’a pas les réponses à partager avec notre communauté, ce qui évidemment élève le niveau d’anxiété, a commenté M. Fleury.

Deuxième dose

Santé publique Ottawa (SPO) accorde actuellement une deuxième dose du vaccin contre la COVID-19 qu’aux membres des communautés des Premières Nations et certaines personnes immunodéprimées, ainsi que celles qui suivent des traitements immunosuppresseurs.

Jusqu’à présent 391 251 doses de vaccins contre la COVID-19 ont été administrées à Ottawa.

Calendrier de la vaccination en Ontario

  • Semaine du 3 mai : les 50 ans et plus peuvent s’inscrire pour se faire vacciner, les 18 ans et plus dans les quartiers chauds peuvent aussi s’inscrire, les personnes ayant des problèmes de santé à risque, groupe 1 de travailleurs ne pouvant pas travailler à domicile.
  • Semaine du 10 mai : les 40 ans et plus peuvent s’inscrire pour se faire vacciner, le groupe 2 de travailleurs ne pouvant pas travailler à domicile.
  • Semaine du 17 mai : les 30 ans et plus peuvent s’inscrire pour aller se faire vacciner.
  • Semaine du 24 mai : les 18 ans et plus peuvent s’inscrire pour aller se faire vacciner.

Note : ce calendrier dépendra des livraisons et ne comprend pas celles des vaccins J&J ou AstraZeneca

Des ajustements à faire

Selon le Dr Loemba, les autorités de santé publique devraient faire des ajustements pour rendre plus efficace la campagne de vaccination actuelle.

Moi je suis médecin de famille. J'ai la chance de recevoir des appels de certains de mes patients qui se demandent où ils doivent aller, ce qu'ils doivent faire pour se faire vacciner. Beaucoup s'attendaient à ce que les médecins de famille soient plus inclus dans la stratégie de vaccination. On connaît très bien les patients, on sait ceux qui sont le plus à risque, dit-il, ajoutant que les médecins de famille pourraient aussi aider à convaincre les indécis de se faire vacciner.

C'est bien d'inclure les pharmacies, mais pourquoi pas les médecins de famille? [...] Les patients ont confiance en leur médecin de famille qui connaît leurs problèmes de santé et qui peut facilement aller chercher ceux qui hésitent.

Une citation de :Dr Hugues Loemba, médecin de famille et virologue à l’Hôpital Montfort

Le virologue de l'Hôpital Montfort se montre critique vis-à-vis de la stratégie de vaccination par quartier, car, selon lui, elle cible mal les personnes qui doivent se rendre au travail et qui sont les plus à risque d'attraper et de transmettre la COVID-19.

Est-ce que les travailleurs essentiels sont regroupés dans un seul quartier? [...] Comment fait-on pour aller les chercher? [...] Est-ce qu'on peut me donner le pourcentage de travailleurs essentiels qui ont été vaccinés? se questionne-t-il, rappelant que la reprise des activités passe par la vaccination de ceux et celles qui sont et seront en première ligne une fois l'assouplissement des mesures sanitaires prononcé.

Avec les informations de Gabriel Le Marquand Perreault et Benjamin Vachet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !