•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau ignorait la nature des allégations contre Vance, maintient sa cheffe de cabinet

Katie Telford apparaît sur l'écran d'un ordinateur portable.

Katie Telford, cheffe de cabinet de Justin Trudeau

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Bombardée de questions, la cheffe de cabinet de Justin Trudeau a maintenu sa ligne pendant deux heures vendredi : le premier ministre ne savait rien de la nature de l'allégation qui pesait contre l’ancien numéro un des Forces armées canadiennes Jonathan Vance.

C’est Katie Telford elle-même qui avait demandé à témoigner devant le comité permanent de la défense nationale de la Chambre des communes, après avoir été ciblée par l'opposition conservatrice pendant toute la semaine dans ce dossier.

Or, Mme Telford n'a pas expliqué pourquoi elle n'a pas cru bon, en tant que cheffe de cabinet, d'informer le premier ministre de la nature de la plainte contre l'ex-chef d'état-major.

La question lui a été posée plus d'une vingtaine de fois par tous les partis d'opposition, ce qui l'a placée sur la défensive pendant la majeure partie de son témoignage.

Depuis le début de cette affaire, le premier ministre et son entourage affirment que son bureau était au courant, il y a trois ans, qu'il y avait une plainte visant le chef d'état-major, mais personne ne savait alors qu'il s'agissait d'inconduite sexuelle.

Katie Telford, tout comme le premier ministre, soutient avoir appris les détails entourant l'allégation seulement à la suite de la publication du reportage de Global News sur le sujet, en février dernier.

Selon ce reportage, M. Vance a entretenu une liaison continue avec une subalterne, qui s'est amorcée il y a plus de 10 ans et s'est poursuivie après qu'il est devenu chef d'état-major en 2015.

Global a également rapporté que M. Vance aurait envoyé un courriel obscène à une militaire beaucoup plus jeune que lui en 2012, avant de devenir chef d'état-major, dans lequel il lui suggérait de partir en vacances avec lui dans une destination naturiste.

L'opposition cherche maintenant à savoir pourquoi le contrat de Jonathan Vance comme chef d'état-major a été prolongé en 2019, tandis que des membres de la garde rapprochée de Justin Trudeau étaient au courant de l'existence d'une plainte depuis 2018.

L’opposition incrédule

Les partis d'opposition à Ottawa ont unanimement dénoncé le témoignage de Mme Telford, le qualifiant d'opaque et estimant qu'il manquait de clarté.

Pour nous, de ne pas vouloir répondre aux questions, c’est clairement un signe qu’elle devait le savoir, avance le député conservateur Pierre Paul-Hus.

De notre côté, on ne la croit pas du tout.

Une citation de :Pierre Paul-Hus, député du Parti conservateur

Au Bloc québécois, Rhéal Fortin ne se montre guère plus impressionné. Si les versions qu’on entend jusqu’à maintenant sont exactes, [...] ça fait peur parce que ce pays, le Canada, cette fédération-là, est gouverné par des gens qui ne sont pas au courant de ce qui se passe autour d’eux, malgré la multitude d’alertes qui sont données.

Alexandre Boulerice, lui, qualifie cette affaire de tache au dossier des libéraux. Et ils ne vont pas être capables de s’en débarrasser avec ce témoignage-là. Ils ont raté leur occasion, dit le député néo-démocrate.

Pendant son témoignage, Katie Telford a effectivement tenté de défendre l'image de marque féministe que revendique le gouvernement de Justin Trudeau depuis 2015, et qui est mise à mal par l’affaire Vance.

La cheffe de cabinet du premier ministre a notamment défendu son propre engagement pour la cause des femmes et dans la lutte contre les violences sexuelles. Elle a aussi souligné l’importance d’avoir un mécanisme indépendant qui permette aux victimes de dénoncer les inconduites.

Jonathan Vance a officiellement pris sa retraite en janvier dernier, après plus de cinq ans à la tête des Forces armées, période pendant laquelle il a supervisé les efforts de l'institution pour éliminer les inconduites sexuelles.

Il a ainsi remis le commandement à l'amiral Art McDonald, quelques semaines avant que les médias ne rendent compte des allégations qui le visent.

La police militaire a depuis ouvert des enquêtes à la fois sur M. Vance et l'amiral McDonald, qui s'est temporairement retiré le mois dernier à la suite d'une allégation non spécifiée d'inconduite.

Avec les informations de Louis Blouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !