•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre ex-policiers inculpés pour avoir violé les droits de George Floyd

Visages de quatre ex-policiers dans l'affaire George Floyd.

Les ex-policiers de Minneapolis accusés : Derek Chauvin (en haut à gauche), Tou Thao (en haut à droite), Thomas Lane (en bas à droite) et J. Alexander Kueng.

Photo : via reuters / HANDOUT

La Presse canadienne

Un grand jury fédéral a inculpé quatre ex-policiers de Minneapolis impliqués dans l'arrestation et la mort de George Floyd pour avoir délibérément violé ses droits constitutionnels alors qu'il était cloué au sol, en manque d'air.

Les noms des anciens agents Derek Chauvin, Thomas Lane, J. Kueng et Tou Thao figurent dans l'acte d'accusation rendu public vendredi.

Derek Chauvin est accusé d'avoir violé le droit de George Floyd à la protection contre une saisie abusive et le recours à une force excessive par un policier.

Tou Thao et J. Kueng font face aux mêmes accusations pour ne pas être intervenus pendant que leur collègue maintenait son genou sur le cou de George Floyd.

Les quatre ex-policiers sont tous accusés de ne pas s'être assurés que l'homme de 46 ans reçoive des soins médicaux.

Une murale avec le visage de George Floyd et portant l'inscription «I can't breathe. I want justice (Je ne peux pas respirer. Je réclame justice)».

La mort de George Floyd à Minneapolis en mai 2020 a provoqué une onde de choc partout dans le monde.

Photo : Emmanuel Dunand/AFP/Getty Images

Son arrestation et sa mort, filmées à l'aide d'un cellulaire le 25 mai dernier, ont déclenché d'importantes manifestations partout au pays et inspiré une vaste mobilisation pour mettre fin à la brutalité policière et aux inégalités raciales.

Derek Chauvin est également traduit en justice dans la foulée de l'arrestation et de la contention du cou d'un garçon de 14 ans en 2017.

Thomas Lane, J. Kueng et Tou Thao ont comparu par vidéoconférence, vendredi, devant le tribunal de district de Minneapolis. Derek Chauvin n'était pas des leurs après avoir été reconnu coupable de meurtre et d'homicide involontaire dans cette même affaire le mois dernier. Il est détenu dans le seul établissement à sécurité maximale du Minnesota en attendant de connaître sa peine.

Procès en août pour trois ex-agents

Les trois autres ex-agents font face à un procès au cours du mois d'août et demeurent libres sous caution.

J. Kueng et Thomas Lane avaient aidé à maintenir George Floyd au sol : des procureurs de l'État indiquent que le premier s'était agenouillé sur son dos et que le second retenait ses jambes. Les procureurs de l'État affirment que Tou Thao avait pour sa part empêché des passants d'intervenir pendant la prise d'une durée de neuf minutes et demie.

Lors du procès de Derek Chauvin pour meurtre, son avocat, Eric Nelson, a plaidé qu'il avait agi de manière raisonnable dans les circonstances et que George Floyd était plutôt décédé à cause de problèmes de santé sous-jacents et d'une consommation de drogue.

L'avocat de Derek Chauvin veut un nouveau procès

M. Nelson réclame maintenant la tenue d'un nouveau procès, invoquant de nombreuses questions, notamment sur le refus du juge de déplacer les procédures en raison de leur haute médiatisation.

M. Nelson n'a formulé aucun commentaire sur les accusations fédérales dévoilées vendredi. Des messages laissés aux avocats de deux des autres agents sont restés sans réponse. L'Associated Press a réussi à joindre l'avocat du quatrième policier, mais a perdu le contact alors qu'il embarquait dans un ascenseur.

Afin de déposer des accusations fédérales pour des morts impliquant la police, les procureurs doivent croire qu'un agent agissant au nom de la loi ou de l'autorité gouvernementale ait délibérément privé une personne de ses droits constitutionnels.

Il s'agit d'un critère élevé : un accident, un cas de mauvais jugement ou la négligence d'un policier ne suffisent pas pour justifier des accusations fédérales.

Les condamnations sous de telles accusations sont passibles de peines allant jusqu'à l'emprisonnement à vie et même la mort, mais elles sont extrêmement rares.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !