•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Ontarienne lance une poursuite de plusieurs millions pour récupérer ses enfants

Une femme portant un foulard sur la tête tient une photo de ses enfants.

Khawla Khalifa n'a pas vu ses deux enfants les plus grands depuis deux ans.

Photo : CBC/Sanjay Maru

Radio-Canada

Une femme de Windsor poursuit son ex-mari, des membres de sa famille et une compagnie aérienne pour 10 millions de dollars en raison de leur rôle présumé dans l'enlèvement de deux de ses enfants en 2019.

Khawla Khalifa n'a pas vu Dina, six ans, et Fawzi, neuf ans, depuis que son ex-mari, Achraf Zeidan, les a emmenés au Liban. C'était il y a environ deux ans.

Mme Khalifa en avait pourtant la garde.

Elle dit avoir fait de nombreuses tentatives pour les récupérer auprès du système judiciaire libanais, en vain.

Elle espère que l'action en justice fera pression sur son ex-mari pour qu'il renvoie les enfants.

Je pense que les parents et ses sœurs en particulier ont joué un rôle dans l'enlèvement. Et je pense qu'ils devraient être tenus responsables de ce qu'ils ont fait et de ce qu'ils continuent à faire, a déclaré Khalifa.

La plainte désigne les sœurs d'Achraf Zeidan, Dania, Hoda et Nour Zeidan, ainsi que son père, Fawzi Mahmoud, Zeidan, et sa mère, Khadije Ahmad Chahrour.

Selon les documents de la poursuite, M. Zeidan a obtenu des passeports palestiniens pour les enfants, bien qu'ils soient canadiens et que ni eux ni leur père ne soient citoyens palestiniens.

EgyptAir en cause

Selon l'avocat de Khalifa, la compagnie aérienne est aussi en cause parce qu'elle aurait dû vérifier si le père avait le consentement de son épouse pour voyager avec les enfants.

[La compagnie] EgyptAir doit être certaine que le père, la mère ou un étranger voyageant avec deux mineurs a le consentement de l'autre parent ou des deux parents, indique Me Harvey Strosberg.

Aucune de ces allégations n'a été prouvée en justice.

CBC News a contacté l'avocat d'EgyptAir, Sami Iskandar, mais n'a pas eu de réponse.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !