•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas si simple, la vaccination contre la COVID-19 en milieu scolaire

Une femme de dos, le bras découvert, reçoit un vaccin.

Les jeunes de 12 à 17 ans recevront bientôt une première dose de vaccin.

Photo : Reuters / Cheney Orr

Radio-Canada

La santé publique en Estrie est en réflexion afin de déterminer la meilleure façon de vacciner les jeunes de 12 à 17 ans avant la fin des classes en juin.

Jeudi, Québec a donné le feu vert pour orchestrer la campagne d'immunisation des adolescents contre la COVID-19.

Si la vaccination en milieu scolaire est prônée par Québec, la santé publique en Estrie estime que cette méthode amène bien des défis.

Au niveau de l'organisation, la vaccination dans les écoles, ce n'est pas ce qui est le plus efficient.

Une citation de :Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie

Alain Poirier estime qu'une formule hybride, où certains jeunes pourraient se rendre dans les grands centres de vaccination, est notamment évaluée.

La santé publique de l'Estrie reste néanmoins en attente de directives supplémentaires de Québec pour déterminer la façon dont va s'orchestrer la vaccination pour les adolescents.

Une campagne différente

Même si le milieu scolaire a l'habitude de tenir des campagnes de vaccination, celle contre la COVID-19 demeure différente, souligne Alain Poirier.

Normalement, en milieu scolaire, ce n'est pas une course contre la montre. Il y a une infirmière scolaire qui y va, et ce sont des vaccins préventifs à long terme qui sont administrés, explique Alain Poirier.

Jusqu'à maintenant, près de 40 % de la population est vaccinée en Estrie, soit tout près de 200 000 personnes.

Une deuxième dose plus tôt

La santé publique en Estrie demande aux personnes atteintes de certaines maladies affectant le système immunitaire de devancer leur rendez-vous pour leur deuxième dose de vaccin. L'intervalle recommandé entre les deux doses est maintenant de 28 jours pour les personnes qui sont atteintes notamment du VIH, de la sclérose en plaques, de la SLA et du cancer.

Les personnes visées doivent elles-mêmes communiquer au 1877-644-4545 pour modifier la date de leur rendez-vous.

Par ailleurs, maintenant que l'administration des deuxièmes doses est complétée dans les CHSLD, c'est le tour des résidences privées pour aînés de recevoir les vaccinateurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !