•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Titan contre Islanders : une série pour l'honneur des Maritimes

La série éliminatoire de la LHJMQ entre les deux rivaux débutera samedi à Shawinigan et mettra fin au débat : quelle est la meilleure équipe de la région en 2021? Acadie-Bathurst ou Charlottetown?

Deux joueurs sur la patinoire.

Les Islanders et le Titan se sont affrontés une seule fois cette saison, en octobre. Lukas Cormier, de Charlottetown, surveille de près Félix-Antoine Marcotty, d'Acadie-Bathurst.

Photo : Tyson Gray / Titan d'Acadie-Bathurst

François Le Blanc

Pour la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), l'affrontement entre le Titan d'Acadie-Bathurst et les Islanders de Charlottetown est l'une des quatre séries quart de finale, en route vers l'obtention de la coupe du Président. Mais, pour les partisans de l'Atlantique, c'est bien plus que cela. Il s'agit de la Finale des Maritimes.

Les Islanders sont favoris : premier au classement général de la LHJMQ avec 35 victoires en 40 parties. L'attaque a inscrit 197 buts, la défense en a accordé à peine 89.

Mais, les méchantes langues disent que la majorité des gains ont été faits contre des équipes plus faibles et en reconstruction : Cap-Breton et Halifax.

Lukas Cormier sur la glace avec un chandail des Islanders de Charlottetown.

Lukas Cormier a hâte de jouer à nouveau. L'Acadien a connu une saison exceptionnelle avec 54 points. Il est le 4e meilleur marqueur de la LHJMQ.

Photo : Getty Images / Vaughn Ridley

Le défenseur Lukas Cormier est tout de même conscient que Charlottetown a des choses à prouver.

On a une bonne équipe et on le verra dans les séries, répond-il, en souriant.

Mais, de son côté, le Titan n'est pas à sous-estimer : 4e position, 21 victoires en 33 parties, 146 buts marqués, 121 buts accordés.

L'entraîneur-chef du Titan d'Acadie-Bathurst, Mario Durocher

L'entraîneur-chef du Titan d'Acadie-Bathurst, Mario Durocher

Photo : Radio-Canada

L'entraîneur, Mario Durocher, explique que son équipe a beaucoup grandi durant la saison.

On a un club qui est assez jeune, qui vient de passer dans une année pas facile, explique le mentor. On a gagné des parties en supplémentaires, c'est une bonne préparation c'est de l'expérience qu'on donne à nos joueurs.

On sait que ce ne sera pas un duel comme les autres. En raison des mesures sanitaires strictes de l'Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick, la série 3 de 5 sera jouée au Québec, à Shawinigan.

Patinoire de hockey

Le Centre Gervais Auto de Shawinigan.

Photo : Radio-Canada

Le gagnant de la série des Maritimes se qualifiera pour la demi-finale de la coupe du Président, qui se tiendra au Centre Vidéotron à Québec.

Les joueurs sont déçus de ne pouvoir jouer devant leurs partisans, mais, comme l'explique Lukas Cormier, n'importe quoi qu'on peut avoir pour jouer, tout de suite, c'est bien de commencer les séries.

Le hockeyeur originaire de Sainte-Marie-de-Kent, au Nouveau-Brunswick, se souvient très bien de l'annulation de la saison, l'an dernier au début de la pandémie. Et, il s'estime chanceux quand il se compare aux joueurs juniors majeurs de l'Ontario, qui n'ont pas eu de saison, et de l'Ouest, qui ont peu joué en saison et qui ne pourront pas avoir de séries.

C'est une saison qu'on n'oubliera jamais. On va essayer d'en profiter le plus qu'on peut et essayer de gagner.

Une citation de :Lukas Cormier, des Islanders

Les deux organisations ont hâte d'en découdre

Deux joueurs de hockey sur la patinoire.

L'Acadien Patrick LeBlanc (19), des Islanders de Charlottetown, tente de bloquer Riley Kidney (12) du Titan, lors du seul duel entre les deux équipes.

Photo : Tyson Gray / Titan d'Acadie-Bathurst

Bathurst est passée par un tournoi à la ronde pour se qualifier en quart de finale. Charlottetown est inactive depuis la fin de la saison, il y a trois semaines.

Les deux formations se sont affrontées une seule fois dans cette saison marquée par la pandémie. Les Insulaires avaient prévalu avec un gain de 4 à 2, le soir de l'Halloween, le 31 octobre.

Par la suite, la bulle de l'Atlantique s'est déguisée en fantôme, des régions ont changé de couleurs comme les feuilles à l'automne et la saison s'est arrêtée puis a repris avec des opposants régionaux.

Difficile, donc, de faire des prédictions.

Dans une série, l'inactivité de trois semaines des Islanders pourrait être un facteur. Lukas Cormier ne s'en fait pas trop.

On a des vétérans qui savent qu'on ne doit pas être trop confiants et qu'il faut travailler dur, explique le défenseur des Insulaires.

Le manque de synchronisme pourrait aider le Titan au début, mais pas trop par la suite.

Charlottetown est une équipe bien structurée et bien dirigée. Il ne faut pas être trop confiant, prévient l'entraîneur Durocher.

Il faudra profiter de chaque avantage, car des doutes se sont installés auprès des partisans du Titan. Des quatre victoires en tournoi à la ronde, deux ont été obtenus à l'arraché, en prolongation. On accorde beaucoup de buts aux adversaires.

On a joué du bon hockey parce que, lorsque les autres équipes nous ont rattrapés, on n'a pas stressé et on a respecté notre plan de match, explique David Doucet, attaquant du Titan.

Joueur de hockey patinant.

David Doucet, attaquant du Titan, est originaire de Baie-Sainte-Anne, au N.-B.

Photo : Tyson Gray / Titan d'Acadie-Bathurst

Ce n'est pas une question d'être trop confiant. Mais, on a joué souvent contre les deux mêmes équipes qui savaient comment l'autre allait jouer.

Un environnement protégé

Homme avec un casque, pelle et un masque pointant vers la caméra.

Un environnement protégé de la LHJMQ.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

Depuis le début des éliminatoires, les joueurs et le personnel ont été mis en isolement préventif, c'est-à-dire qu'ils ne sont autorisés qu'à aller à l'aréna et dans leur lieu de résidence (familles de pension ou hôtel lorsque nécessaire), mentionne Maxime Blouin, directeur des communications de la LHJMQ. Aucune sortie en milieu public n’est autorisée.

Quelques jours avant le départ de Bathurst ou de Charlottetown, tout le monde a subi un test de dépistage de la COVID-19, puis un autre à leur arrivée.

À la réception de tous les résultats négatifs de ses joueurs et membres du personnel sur place, l’équipe sera autorisée à disputer des parties. Les équipes seront par la suite testées aux 3 jours, explique Monsieur Blouin.

Malgré toutes ces mesures, ce n'était pas suffisant pour les agences de santé publique du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard pour accepter de tenir la série à Bathurst ou à Charlottetown.

Toutes les dépenses de logements, de repas, de transports et des tests de dépistages sont couvertes par la ligue.

Toute cette incertitude sur la saison a pesé lourd.

Il faut donner crédit aux joueurs et aux dirigeants des organisations des équipes des Maritimes, déclare Durocher. On n'a pas eu de subvention, comme au Québec. On a joué avec un auditoire réduit.

Son vis-à-vis chez les Islanders est du même avis.

Nous serons capables de couronner un champion, c'est une grande réalisation pour notre ligue. Je pense que nos joueurs en ont profité. Il y aura un sens de normalité, mentionne l'entraîneur et directeur général des Islanders à CBC.

Le premier duel aura lieu samedi à 17h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !