•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des amendes plus chères pour les contrevenants au Manitoba

La province annonce également des congés maladie payés.

Brian Pallister assis à un bureau

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, demande aux Manitobains d'apporter des fleurs à leur mère en fin de semaine, plutôt que des amendes.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

Le Manitoba, qui impose depuis plusieurs mois des amendes aux personnes et organismes qui ne respectent pas les ordonnances sanitaires, doublera le montant de ces amendes pour les récidivistes.

C'est l'une des mesures annoncées par Brian Pallister en conférence de presse, vendredi.

Vous allez payer les amendes et si vous ne le faites pas vous ne pourrez pas conduire votre voiture, lance le premier ministre Brian Pallister aux Manitobains qui ne respectent pas les ordonnances.

Il est crucial que vous compreniez que vous représentez un danger.

Une citation de :Brian Pallister

En conférence de presse vendredi, le ton du Premier ministre du Manitoba était grave et sévère.

En plus de doubler les amendes pour les contrevenants à répétition des ordres sanitaires, la province augmente aussi les frais d’intérêt pour les retardataires.

Actuellement au Manitoba, le refus de porter un masque dans un lieu public intérieur est passible d’une amende de 298 $ et les amendes pour non-respect des ordres de santé publique sont fixées à 1296 $ pour les particuliers, les entreprises à propriétaire unique et les sociétés en nom collectif et à 5000 $ pour les sociétés par actions.

Un programme de congés maladie payés

La province annonce aussi un programme de congés maladie payés destiné à combler l’écart entre le programme fédéral et les normes d’emploi en vigueur dans la province.

Le programme, qui sera en vigueur du 7 mai au 25 septembre, permettra aux employés d'obtenir jusqu’à 600 $ pour une durée maximale de 5 jours dans le cas de congés maladie liés à la COVID-19.

Il sera possible d’être admissible à ces congés payés en cas d’absence :

  • pour subir un tests de dépistage
  • pour être vaccinés
  • parce qu’on souffre des effets secondaires des vaccins
  • parce qu’on s’isole à la suite de l’apparition de symptômes
  • parce qu’on doit soigner des proches qui ont été testés, ont reçu un vaccin. etc.

Au fil de la pandémie, plusieurs provinces au pays ont été alertées sur la nécessité d’offrir un congé payé aux personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19, mais qui n’ont pas reçu de test positif. L’objectif est de réduire la transmission de la COVID-19 en milieu de travail.

Le Yukon a créé un programme de congés de maladie payés pour lutter contre la pandémie il y a plus d’un an déjà, et l’idée est à l’étude en Colombie-Britannique.

La semaine dernière, l’Ontario a annoncé qu’il financerait un programme de congés payés temporaires pour couvrir trois jours de maladie.

De son côté, Brian Pallister avait demandé à maintes reprises au premier ministre Justin Trudeau d’élaborer un programme national de congés maladie payés. Il a réitéré encore cette demande aujourd’hui et se dit déçu du plan proposé par Ottawa.

Il a d'ailleurs encore une fois blâmé le gouvernement fédéral en réponse à une question sur les répercussions de l'absence de congés maladie payés sur la hausse des cas de COVID-19 dans les dernières semaines.

Le premier ministre a annoncé la venue d’autres restrictions sanitaires dans la province, pour répondre à la hausse des bilans quotidiens de COVID-19. Ces restrictions seront précisées, plus tard vendredi après-midi, par le médecin hygiéniste en chef Brent Roussin.

Le Manitoba a dénombré 502 nouveaux cas et 1 décès, vendredi.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !