•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de camps pédagogiques en Mauricie cet été

Des monitrices devant un groupe de jeune dans un camp de jour.

Les camps de jour serviront d'occasions pour revoir des notions scolaires dans le plaisir.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Mauricie recevra 400 000 $, sur deux ans, pour la mise en place de mesures estivales pour la réussite scolaire. Cette somme provient des 9 millions $ annoncés, jeudi, par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. La Table régionale de l’éducation de la Mauricie aurait aimé une enveloppe mieux garnie, mais elle se met déjà en action pour faire bon usage des quelque 200 000 $ disponibles pour l’été qui arrive.

D’emblée, il faut écarter l’idée des camps pédagogiques pour l’été, selon ce que laissait entendre Mélanie Chandonnet, directrice générale de l’organisme. On veut une approche plus ludique et dans le plaisir. On a convenu avec les centres de services scolaires qu’il fallait trouver des façons d’utiliser les camps de jour pour intégrer du français et des mathématiques dans des activités, illustre Mme Chandonnet.

Dès l’annonce d’hier, les approches ont été réalisées avec les partenaires de la Table pour élaborer une stratégie.

L'objectif vise à contrer les pertes d'apprentissages qui surviennent pendant l’été et qui se constatent invariablement à la rentrée de septembre. Après une année de pandémie, alors que les élèves ont dû conjuguer avec des modes d’apprentissage différents, le défi est encore plus grand.

Les interruptions scolaires ont été plus nombreuses cette année. On le voit dans les résultats, mais aussi par l’anxiété plus grande que l’on constate chez les jeunes, ajoute la directrice générale.

La formule des camps de jour n’est pas parfaite. Des défis se dressent à cet égard quant à la prise en charge des clientèles plus vulnérables qui fréquentent peu les camps de jour.

L’été qui vient servira donc de laboratoire pour bien comprendre les mesures qui plaisent aux jeunes et qui s’avèrent efficaces. Mme Chandonnet compte bien tabler sur les réalisations de cette année pour démontrer l’importance d'investir dans ces mesures et réclamer des sommes plus importantes pour l’été 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !