•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 250 casiers illégaux de crabes saisis dans les eaux de Vancouver

Un casier de pêche qui contient trois crabes Dungeness.

La pêche illégale du crabe est un problème répandu le long de la côte de la Colombie-Britannique. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plus de 250 casiers illégaux de crabes ont été saisis dans les eaux de Vancouver au cours des derniers jours. « C'est beaucoup », reconnaît le commandant d’un détachement de Pêches et Océans Canada, Arthur Demsky.

Tout l’équipement est illégal, affirme le commandant Demsky. Il n'est pas marqué. Il n'y a pas de flotteurs attachés.

Ce sont des plongeurs, Chris Samson et Kian Zhao, qui ont tiré la sonnette d’alarme lorsqu'ils ont repéré une mystérieuse ligne de pêche au large de la plage Jericho, à Vancouver.

Vers la fin de la plongée, j'ai décidé de tirer dessus pour voir où cela me menait, et cela m'a conduit à un casier, ce qui m'a conduit à un autre casier, et ainsi de suite, raconte Chris Samson, qui a immédiatement alerté le gouvernement.

Chris Samson, sur une plage de Vancouver, regarde au loin.

Chris Samson et son conjoint ont tiré la sonnette d'alarme en découvrant les casiers illégaux.

Photo : Radio-Canada / Jon Hernandez

Dévastateur pour l'écosystème

La pêche illégale du crabe est un problème répandu le long de la côte de la Colombie-Britannique. Des braconniers installent de longues lignes à pièges non marqués, et récupèrent leur pêche la nuit à l'aide de coordonnées GPS.

Les crabes sont ensuite vendus sur le marché noir, voire sur le marché commercial.

Cette pratique pose un problème de conservation majeur, puisque les braconniers prennent des crabes trop petits ou des femelles qui n'ont pas eu l'occasion de se reproduire.

Pour les pêcheurs amateurs comme Chris Samson, la situation est exaspérante. Nous ne pouvons pas trouver de crabes de taille légale. Ce n'est pas étonnant parce que ces pêcheurs non autorisés les braconnent tous.

Les casiers saisis étaient de qualité commerciale, selon Arthur Demsky.

Il n'y a pas que les crabes qui entrent dans ces cages, il y a aussi toutes sortes de poissons. Je suis sûr qu'ils sont tués, capturés et vendus avec le crabe.

À long terme, cela peut être dévastateur pour l'écosystème, ajoute-t-il.

On vous a à l'oeil

Une enquête est en cours, mais les responsables admettent qu'il peut être difficile de trouver des coupables.

Cette année, Pêches et Océans a retiré 337 casiers à crabe à Boundary Bay au cours d'une opération de cinq jours avec la Garde côtière canadienne.

Ces gens nuisent à notre économie et détruisent notre océan, se désole Chris Samson. Il lance un avertissement aux braconniers : Il y a des gens comme moi qui vous ont à l'œil.

Les contrevenants s'exposent à des peines de prison et à des amendes allant jusqu'à 100 000 $.

Avec les informations de Jon Hernandez

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !