•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents saisonniers de l’Île-du-Prince-Édouard veulent se faire entendre

Raynald Charest et son épouse Marie Brien à la plage. Marie tient une chienne dans ses bras.

Raynald Charest et son épouse Marie Brien ont une résidence à Malpeque, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Gracieuseté Raynald Charest

L’Association des résidents saisonniers de l’Île-du-Prince-Édouard réclame plus de précisions sur les plans de la province pour autoriser leur entrée dans l’île.

Lors de son point de presse mardi, la Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l’Île-du-Prince-Édouard, a déclaré que la consigne sanitaire qui empêche ces résidents de se déplacer dans la province sera repoussée au-delà du 17 mai, sans indiquer de nouvelle date.

L’Association des résidents saisonniers demande à la santé publique de préciser quand ils seront autorisés à entrer à nouveau dans la province.

Les règles changent d’une semaine à l’autre, et on aimerait que les nouvelles modifications soient plus claires et soient émises le plus rapidement possible.

Une citation de :Raynald Charest, résident saisonnier

L'organisme tente également de sensibiliser le gouvernement à la réalité des résidents.

Pour la présidente fondatrice du groupe, Jen Harding, les résidents saisonniers représentent un faible risque de propagation de la COVID-19.

Beaucoup d’entre eux auraient été vaccinés et tous arrivent avec leur propre endroit privé où s’isoler, selon elle.

Jen Harding fait un égoportrait à la plage.

Jen Harding est la présidente et fondatrice de l'Association des résidents saisonniers qui vise à faciliter l’entraide entre les membres en ce temps de pandémie.

Photo :  CBC / Gracieuseté Jen Harding

L’organisme souhaite aussi savoir si les consignes en ce qui concerne les tests de dépistage de la COVID-19 pendant la période d’auto-isolement - une mesure déjà imposée à des personnes qui résident de façon permanente sur l’île et qui reviennent de voyage - seront aussi appliquées aux résidents saisonniers.

 Ce que nous demandons, c’est de nous aider à comprendre comment cela minimise les risques , a déclaré Jen Harding.

Pour elle, les règles d’auto-isolement imposées aux résidents saisonniers suffiraient à contrer la propagation de la maladie.

 Notre compréhension de la science est que rester chez soi pendant deux semaines et ne voir personne résoudrait le problème.

Une citation de :Jen Harding, présidente fondatrice de l'Association des résidents saisonniers de l'île

Membre de l'association, Raynald Charest réclame aussi des clarifications sur les exigences durant la période de quarantaine.

Il demande si les résidents saisonniers devront subir un test de dépistage 72 heures avant leur arrivée dans la province. Cette mesure est déjà en vigueur auprès de certains Insulaires revenant de voyages considérés comme essentiels, depuis la mi-avril.

 On trouve que le processus est onéreux, parce que c’est un test de dépistage pour lequel on doit payer, explique-t-il.

Le prix d’un test de dépistage varie d’une province à l’autre. En Ontario, la province où réside Raynald Charest, ce test coûte de 150 $ à 200 $.

Un nouvel organisme

L’Association des résidents saisonniers a pris naissance de façon informelle en 2020 sur Facebook. Des gens essayaient de comprendre sous quelles conditions ils pouvaient venir à l’Île-du-Prince-Édouard et comment faire une demande.

Environ 200 personnes font partie du groupe en ligne, qui est devenu une organisation sans but lucratif en avril dernier.

 Être officiel aide, car il est utile de dire que nous avons réellement une association et que nous sommes un groupe avec des intérêts similaires qui, selon nous, ont besoin d’être représentés , affirme la présidente fondatrice Jen Harding.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !