•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat des employés de la CTT demande de les protéger contre les agressions

Cette demande fait suite à l'agression d'une chauffeuse d'autobus par deux passagers dimanche soir.

Un autobus de la Commission de transport de Toronto avec l'inscription hors service.

La section locale 113, qui représente près de 12 000 employés, demande à la Ville de Toronto et à la CTT de mettre en place un certain nombre de mesures pour protéger ses membres contre les agressions pendant la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Oliver Hyland

Radio-Canada

Le syndicat des employés de la Commission de transport de Toronto demande à l'agence de transport de mettre en place des mesures pour protéger ses membres contre les agressions.

Selon le syndicat, qui représente près de 12 000 employés, la Commission de transport de Toronto (CTT) et la Ville de Toronto doivent en faire plus pour protéger les travailleurs contre les agressions violentes pendant la troisième vague de la pandémie.

L'une des mesures demandées est l'embarquement des passagers par l'arrière de l'autobus. Le syndicat veut limiter les interactions entre le public et les employés pour éviter que ce type d'agression se reproduise.

Son président, Carlos Santos, en a fait la demande cette semaine après que deux passagers eurent agressé une chauffeuse et endommagé l'autobus à la suite d'une dispute verbale dimanche soir.

L'agression se serait produite à l'intérieur de l'autobus vers 19 h 15 entre les avenues Broadview et Torrens, dans l'est de la ville.

D'après M. Santos, la conductrice avait demandé à un groupe de clients de porter des masques.

Selon la CTT, il est obligatoire pour les passagers de porter des masques, mais la politique n'est pas toujours appliquée. Le président du syndicat voudrait que ce soit une obligation légale.

Carlos Santos raconte que deux clients auraient arraché un téléphone d'un autobus et endommagé la barrière séparant l'employée des clients. La chauffeuse d'autobus aurait composé le 911 à trois reprises. Selon la CTT, les ambulanciers l'ont emmenée à l'hôpital, où elle a été traitée.

Le Service de police de Toronto dit avoir arrêté un homme de 26 ans et une femme de 25 ans.

Les agressions contre les travailleurs des transports en commun sont absolument inacceptables et scandaleuses, dit M. Santos.

Du 1er janvier au 3 avril 2021, la CTT estime qu'il y a eu 85 agressions.

M. Santos estime qu'un ou deux employés de la CTT sont agressés chaque jour. Il attribue cette violence à la frustration engendrée par la pandémie et à la colère quant aux restrictions.

Ils s'en prennent à notre personnel de première ligne, dit-il. Tout le monde est à bout de nerfs pendant cette pandémie et je pense que tout le monde veut que cela se termine.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !