•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les camps de vacances accueilleront les jeunes cet été

Deux jeunes font de l'hébertisme.

La santé publique a donné son feu vert à l'Association des camps du Québec.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Les parents pourront envoyer leurs jeunes passer un séjour en camp de vacances cet été, a annoncé l'Association des camps du Québec, qui a obtenu l'aval des autorités de santé publique.

Après que le gouvernement Legault eut indiqué la veille que les camps de jour pourraient rouvrir cet été, voilà que les camps de vacances, qui permettent aux jeunes d'y passer la nuit, feront de même. L'Association des camps du Québec (ACQ) dit en avoir été informée jeudi soir.

Tous les camps de vacances qui décideront d'ouvrir leurs portes pendant la période estivale devront appliquer un protocole, qui sera prochainement dévoilé par les autorités sanitaires, a indiqué l'ACQ.

Fruit de plus de deux mois et demi de travail entre la santé publique et l'ACQ, ce protocole devrait notamment comprendre l'exigence de présenter un test négatif à la COVID-19 avant l'arrivée sur le site du camp.

Il s'agit d'une des recommandations formulées par l'Association, a expliqué son président, Éric Beauchemin, en entrevue à RDI. L'ACQ a également suggéré qu'un isolement préventif modéré soit respecté par les jeunes et les moniteurs, c'est-à-dire d'éviter les rassemblements avant la venue au camp.

Des tests rapides devraient aussi être mis à la disposition des administrations des camps, si jamais un doute subsiste après l'accueil des jeunes sur le site.

Ce qu’on veut, c’est que le virus ne pénètre pas sur l’enceinte du camp.

Une citation de :Éric Beauchemin, président de l'Association des camps du Québec

Le port du masque au sein des bulles formées par les jeunes et leur moniteur ne fait pas partie des scénarios, selon M. Beauchemin.

Il n'est toutefois pas exclu d'imposer le couvre-visage lorsque des groupes doivent se croiser ou si les campeurs sont appelés à interagir avec du personnel de soutien.

Pas de vaccin requis

L'Association des camps du Québec n'exigera pas des campeurs ni des moniteurs qu'ils présentent une preuve de vaccination.

Il n'est toutefois pas clair si les autorités sanitaires du Québec l'imposeront. Le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, a indiqué jeudi qu'il aimerait exiger l'inoculation des deux doses de vaccin contre la COVID-19 pour les moniteurs de camp de vacances, en raison de la plus grande proximité qu'implique un séjour dans ces établissements.

L'ACQ a néanmoins salué la décision du ministère de la Santé d'accélérer le processus pour les futurs moniteurs qui désirent obtenir le vaccin.

La veille, le ministre Christian Dubé a fait savoir que les moniteurs de moins de 18 ans n'auront pas à attendre la fin juin pour prendre rendez-vous. Considérés comme des travailleurs essentiels, donc prioritaires, ils peuvent désormais s'inscrire, à condition de démontrer qu'ils ont bel et bien été embauchés.

Un financement toujours exigé

L'aménagement des espaces sanitaires et d'hébergement entraînera des dépenses exceptionnelles, a souligné l'ACQ, qui a réitéré du même souffle la nécessité que Québec fournisse une aide de 10 millions de dollars.

De cette somme, 6 millions seraient destinés aux camps de vacances certifiés qui ouvriront leurs portes afin de les aider à appliquer le protocole sanitaire. Le reste de l'enveloppe servirait à aider les camps qui décideront de ne pas reprendre leurs activités cet été à éponger leurs coûts fixes afin de survivre à la crise, a indiqué l'ACQ.

Pour avoir un maximum de places en camp de vacances […], c’est sûr qu’on a besoin d’un soutien financier, a plaidé M. Beauchemin.

Si l'ACQ ne prévoit pas de réduire le nombre de campeurs par moniteur, la capacité de jeunes pouvant être accueillis variera selon les établissements et les régions, a fait savoir le président de l'Association.

À savoir si le prix exigé aux parents pourrait augmenter, Éric Beauchemin a dit miser sur l'aide financière demandée au gouvernement Legault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !