•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrivée hâtive du capelan sur la Côte-Nord

Chaque printemps, le capelan fraie sur les rives du Saint-Laurent.

Le capelan roule sur les rives du Saint-Laurent (archives).

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Radio-Canada

Le capelan est arrivé sur les plages de la Côte-Nord avec une avance de deux semaines sur ses habitudes des dernières années.

Le petit poisson a déjà été observé en train de frayer sur les plages de Pointe-aux-Anglais et de Gallix depuis la semaine dernière, affirme la biologiste et chargée de projet au comité ZIP Côte-Nord, Cynthia Thibault, au micro de l’émission Bonjour la Côte.

Son arrivée est observée deux semaines plus tôt que dans des dernières années, ajoute Cynthia Thibault. Elle croit que cette présence hâtive du capelan sur les plages de la Côte-Nord s’explique par l’absence de glace sur le Saint-Laurent constaté cet hiver ainsi que par le printemps hâtif dans la région.

Il commence à rouler quand il fait entre 6 et 10 degrés la nuit.

Une citation de :Cynthia Thibault, biologiste et chargée de projet au comité ZIP Côte-Nord

Dans les prochaines semaines, le capelan va tranquillement migrer vers la côte du Labrador. Une fois qu’il a été observé sur une plage, il peut y être vu pendant les deux semaines suivantes avant de migrer vers l'est.

Cynthia Thibault précise que le capelan ne roule pas tous les soirs. Certaines conditions comme la température et la marée doivent être rassemblées pour que le capelan décide de frayer sur les plages de la région. Le capelan roule principalement, mais pas toujours, tard le soir ou la nuit, en fonction de la marée.

Restauration des frayères à capelan

Par ailleurs, c’est la dernière année du projet de restauration des frayères à capelan. Dans les dernières années, plusieurs chantiers ont eu lieu dans le but de retirer des obstacles ou de recharger des plages dans le but de favoriser la fraie du capelan.

Le capelan a besoin de beaucoup d’espace. Il a besoin de belles plages sans obstacle pour se reproduire, explique Cynthia Thibault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !