•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Construction en bois non certifié : la province recule devant la grogne en milieu rural

Un marteau et des clous sur une surface de bois.

La construction de bâtiments secondaires (remise, cabanons, grange, garage, etc.) en bois non certifié est à nouveau permise en milieu rural au Nouveau-Brunswick.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement de Blaine Higgs rétablit une exception qui permet la construction de petits bâtiments en bois non certifié. Il revient ainsi sur une décision récente très impopulaire en milieu rural.

En février, le Cabinet Higgs a approuvé de nouvelles règles afin d’adopter la version de 2015 du Code national du bâtiment, ce qui lui a donné force de loi, mais il n’avait pas renouvelé cette exception pour les bâtiments secondaires comme les petits garages, les chalets, les remises, les petites granges.

Ces structures devaient donc tout à coup être construites avec des matériaux estampillés, c’est-à-dire qui proviennent d’une scierie certifiée. Ces matériaux sont généralement plus coûteux que les autres non certifiés.

Toutefois, les petits bâtiments dont l'aire de surface mesure moins de 56,08 mètres carrés (625 pieds carrés) sont à nouveau exemptés de cette règle, a annoncé le gouvernement, jeudi après-midi.

James Rossignol, un résident du nord du Nouveau-Brunswick qui a dénoncé mercredi l’exigence d’employer du bois certifié pour toute construction, accueille la nouvelle avec enthousiasme.

M. Rossignol dit être étonné par la volte-face du gouvernement. Il croit que ce dernier a réagi au mécontentement du public.

Une période de transition vers des normes mises à jour

Les autorités provinciales instaurent aussi une période de transition rétroactive pour le passage de la version de 2010 du Code national du bâtiment à la version de 2015, qui est entrée en vigueur en février.

Depuis l’adoption du Code national du bâtiment 2015 plus tôt cette année, des entrepreneurs qui avaient déjà planifié des travaux en fonction de la version 2010 ont fait part de leurs préoccupations. Nous avons écouté leurs préoccupations et avons décidé d’accorder un délai de grâce pour laisser plus de temps à l’industrie de s’adapter au nouveau code, annonce le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Hugh J. Flemming, cité dans un communiqué.

Les permis de construction peuvent maintenant être délivrés en vertu des deux versions du Code national du bâtiment, et ce, jusqu’à la fin de l’année. La version de 2015 sera la seule en vigueur à partir du 1er janvier 2022.

Avec des renseignements de Jacques Poitras, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !