•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Scandale des textos du Parti du Yukon : les députés en cause suivront une formation

Currie Dixon en conférence de presse.

Le chef du parti du Yukon, Currie Dixon, s'est excusé lundi auprès des autres chefs de parti après la révélation d'échange par textos de commentaires disgracieux par deux députés de son parti.

Photo : CBC-Chris Windeyer

Radio-Canada

Les deux députés du parti du Yukon qui avaient échangé des textos graveleux dans un groupe privé, déclenchant un scandale, vont être inscrits à des formations sur la prévention de l'intimidation et du harcèlement au travail, indique le parti.

L’affaire a fait grand bruit avant même l’assermentation du gouvernement. Les députés Stacey Hassard et Wade Istchenko, se sont interrogés par textos sur qui de Sandy Silver ou de Kate White, la leader néo-démocrate, avait la plus grosse.

Les excuses de Currie Dixon, le chef du Parti du Yukon, le soir même, et les mesures disciplinaires prises à l'endroit des deux députés ne suffisent pas selon plusieurs représentants des Premières Nations, qui, outrés, réclament des mesures plus sévères.

Le chef et le conseil de la Première Nation de White River, ont déclaré dans un communiqué avoir écrit à Currie Dixon pour lui signifier qu’ils n’entendaient plus travailler avec le député de Kluane Riding, Wade Istchenko, appelant à sa démission. Ils expliquent qu’ils s’attendent à des standards de professionnalisme bien plus élevés de la part de celui qui est censé représenter leur voix et leurs intérêts.

Je pense que nous pouvons faire mieux en tant que territoire en ce qui concerne la politique.

Une citation de :Peter Johnston, grand chef du Conseil des Premières Nations du Yukon

Je pense que c'est une occasion pour nous d'en tirer des leçons, et j'espère vraiment que nous pourrons placer la barre plus haute cette fois-ci, a, pour sa part, déclaré le grand chef du Conseil des Premières Nations du Yukon, Peter Johnston.

Cela m'amène à me demander ce qui se passe réellement derrière les portes closes, et ces commentaires ne peuvent être considérés que comme ce qu'ils sont : de la violence fondée sur le sexe.

Une citation de :Kluane Adamek, chef régional de l'Assemblée des Premières Nations au Yukon

Elle a également déclaré que le fait d'accepter ce type de comportement donnerait un mauvais exemple aux jeunes quant au type de leadership qu'ils méritent de voir.

Peter Johnston et Kluane Adamek parlent lors d'une conférence de presse en 2019.

Le grand chef du Conseil des Premières Nations du Yukon, Peter Johnston, et Kluane Adamek, chef régionale de l'Assemblée des Premières Nations du Yukon, photographié en 2019, ont appelé à des mesures plus sévères à l'égard des deux députés.

Photo : CBC-Steve Silva

Si les chefs du Conseil des Premières Nations du Yukon et de l’Assemblée régionale des Premières Nations au Yukon n'ont pas exigé la démission des députés, ils ont demandé au chef du parti du Yukon d’en faire davantage pour répondre aux commentaires misogynes des députés et aux problèmes de violence systémique.

Un appel qui semble avoir été entendu. Dans un communiqué jeudi, le Caucus du Parti du Yukon annonce que les deux députés concernés seront inscrits à un programme d'éducation et de formation sur la prévention de l'intimidation et du harcèlement au travail.

Currie Dixon a affirmé qu’il est en contact avec le Conseil des Premières Nations du Yukon, l'organisme QueerYukon qui avait rapidement réagi, et qu’il parlera à la Première Nation de White River pour trouver ensemble un moyen d'aller de l’avant et reconstruire ces relations.

Avec les informations de Julien Gignac, Elyn Jones et Jackie Hong

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !