•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mandat de grève chez Niobec

Mine Niobec à Saint-Honoré

Mine Niobec à Saint-Honoré (archives)

Photo : Niobec

Les travailleurs de la mine Niobec de Saint-Honoré, affiliés à la centrale Unifor, ont voté unanimement en faveur de l’octroi d’un mandat de grève à leurs représentants syndicaux lors d’une assemblée tenue mercredi soir.

La convention collective des quelque 345 salariés est échue depuis le 1er mai. Ces mêmes travailleurs avaient pris part à une grève de six semaines en 2017. Un processus de conciliation avait alors permis de mettre fin au conflit.

Le contrat de travail ratifié en 2017 prévoyait notamment des augmentations salariales de 2,25 % à 2,5 %. Des bonifications au régime de retraite avaient aussi été apportées.

Le président du syndicat de la section 666, Tommy Hudon, n’a pas voulu commenter le mandat de grève entériné à 100 % par ses membres. Il ne souhaite pas non plus élaborer au sujet des points faisant l’objet d’un litige avec la partie patronale.

Le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay, n’avait pas eu vent du vote de grève et a lui aussi préféré ne pas émettre de commentaire.

Autrefois propriété d’Iamgold, Niobec appartient à Magris Resources, une entreprise minière dont le siège social est situé à Toronto. La mine de Saint-Honoré est la seule exploitation souterraine de niobium au monde. Cet agent d’alliage aux propriétés uniques est notamment utilisé pour ajouter de la résistance à l’acier et pour l’alléger.

Avec des informations de Mélanie Patry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !