•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des soins palliatifs à domicile offerts par des ambulanciers

Une ambulance et deux ambulanciers.

Le gouvernement de l'Ontario permet aux ambulanciers du Nord-Est de l'Ontario de poser plus de gestes médicaux à domicile.

Photo : Radio-Canada / CBC/Ashley Burke

Les ambulanciers du Nord-Est de l’Ontario pourront offrir certains soins palliatifs à domicile et éviter de transporter les patients à l’urgence, dans le cadre d’un projet pilote d’un an.

Les ambulanciers pourront par exemple administrer certains médicaments, comme de la morphine, aux patients admissibles.

Un projet pilote semblable avait été annoncé pour la région d’Ottawa en février 2020.

La ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott, affirme que ce modèle permettra de réduire l'engorgement dans les urgences.

Tout au long de la pandémie de COVID-19, nous avons constaté plus que jamais à quel point il est essentiel que les patients reçoivent des soins rapides et efficaces, au moment et à l'endroit où ils en ont besoin.

Une citation de :Christine Elliott, ministre de la Santé

Jean Carrière, directeur et chef des services médicaux d’urgence du district de Cochrane, explique que les ambulanciers suivent une formation d’une durée de quatre heures donnée par l’Hôpital Horizon Santé-Nord.

Avant de suivre la formation, ils ont dû faire de l’entraînement sur leur propre temps ou pendant les heures de travail pour se préparer, précise-t-il.

Un homme se tient debout derrière une ambulance dans un garage.

Le directeur et chef des services d'urgence santé pour le Conseil d'administration des services sociaux du district de Cochrane, Jean Carrière.

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Les ambulanciers s'occuperont aussi de faire le suivi avec l'équipe de soins palliatifs qui s'occupent de chaque patient.

On fait maintenant, comme paramédicaux, partie du soin du patient avec l'équipe palliative, dit M. Carrière.

Il s’agit selon lui d’une façon d’améliorer l’accès aux services de santé, surtout dans les petites communautés du corridor de la route 11 où il n'y a pas de centre de soins palliatifs.

Il y a quand même une demande, surtout dans les régions rurales, pour pouvoir améliorer l'accès aux soins, pis ça, c'est quelque chose que les paramédicaux amènent sur scène.

Une citation de :Jean Carrière, directeur et chef des services médicaux d’urgence du district de Cochrane

Jean Carrière précise que le service sera disponible de façon graduelle à travers la région.

Robert Smith, son homologue pour le district de Nipissing, affirme que les nouvelles responsabilités des ambulanciers ne nuiront pas à leur capacité de répondre à d’autres urgences.

Ceux-ci répondaient déjà aux appels de patients recevant des soins palliatifs et devaient les transporter à l’hôpital, selon les règles en place.

Je ne dirais pas que ça va prendre moins de temps, mais nous ne pensons pas que ça va prendre plus de temps, note-t-il.

Le projet pilote sera évalué après un an, pour identifier les améliorations possibles.

Un autre type de projet pilote, qui permet aux ambulanciers de transporter des patients ailleurs qu’à l’hôpital, par exemple dans un centre de désintoxication, a également été approuvé par la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !