•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LHJMQ : bilan positif pour Samuel Savoie à Gatineau

L'Acadien a évolué dans l'ombre des autres joueurs étoiles des Olympiques, mais il a su faire sa place dans une saison marquée par la COVID-19.

Joueur de hockey avec son équipement, sur la patinoire. Il regarde vers le côté.

Samuel Savoie a sur tirer son épingle du jeu parmi le quatuor de recrues de 16 des Olympiques.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

François Le Blanc

Quand Samuel Savoie a quitté Dieppe, l'automne dernier, âgé de seulement 16 ans, il était loin de se douter que la saison 2020-2021 de la LHJMQ serait aussi rocambolesque.

Trois jours après l'élimination de son équipe, Samuel Savoie commence à peine à digérer la défaite.

S'il y a une chose à retenir de sa saison comme recrue dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), c'est qu'il a beaucoup appris.

Ça a été une bonne année, dit le hockeyeur acadien. Le jeu est différent entre le Québec et le Nouveau-Brunswick. Au Québec, il y a plus de systèmes, il y avait donc une courbe d'apprentissage.

Un impact au-delà des statistiques

Joueur avec rondelle devant des adversaires qui tentent de la lui enlever.

Samuel Savoie lors d'un match dans la « bulle », à Québec, en novembre dernier.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

Savoie fait partie de ce quatuor de joueurs de 16 ans repêchés au premier tour par les Olympiques en juin 2020 : Tristan Luneau, Antonin Verreault et Noah Warren.

Un attaquant de hockey vole dans les airs alors qu'il marque un but.

Le jeune attaquant des Olympiques Antonin Verreault marque contre Olivier Adam de l'Armada après une feinte spectaculaire.

Photo : Olivier Croteau / LHJMQ

Au tableau des statistiques, on retiendra ses deux buts et ses sept mentions d'aide en 27 parties. C'est moins que les autres, mais, lors du bilan de fin de saison, son entraîneur, Louis Robitaille a affirmé qu'il ne faut pas s'arrêter à cela.

Il tombe dans l'ombre, analyse Robitaille, il n'a pas eu la même production. Mais, il a joué en moyenne 14 minutes par match et gagnait ses batailles à un contre un.

Des joueurs de hockey quittent leur banc pour sauter sur la glace pendant un match.

L'entraîneur des Olympiques, Louis Robitaille, l'air songeur lors d'un match. À droite, Savoie attend son tour. Il a répondu aux attentes selon la direction.

Photo : Olivier Croteau / LHJMQ

Aux niveaux inférieurs, Savoie a toujours été le meilleur marqueur, le joueur offensif de son équipe. Cette fois-ci, c'était différent.

J'ai 16 ans et je rentre dans la ligue, explique-t-il. Je savais que je devais travailler fort. Même si je n'ai pas eu la production que j'aurais aimé avoir, comme les années précédentes, je crois que les petites choses que j'ai faites sur l'échec-avant, par exemple, m'ont permis d'être un meilleur joueur.

C'est une saison extrêmement positive, renchérit Robitaille. Il avait un impact important dans notre chambre, il avait une bonne humeur contagieuse et un enthousiasme incroyable.

Un exemple? Faire le grand écart après les victoires!

On avait un rituel dans la chambre, raconte Robitaille en riant. Il faisait une split (le grand écart) avec son équipement de hockey. C'est rare de voir un jeune de 16 ans être si à l'aise dans un vestiaire. Il joue avec intensité, avec passion.

Après les matchs, quand on gagnait, j'apporte du fun à l'équipe, ajoute Savoie. On mettait une chanson, les joueurs frappaient des mains et je faisais le grand écart et des mouvements.

Des joueurs de hockey célèbrent un but.

Samuel Savoie est félicité par ses coéquipiers après son but contre les Voltigeurs.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

C'est au retour à Gatineau, après le congé des fêtes que Robitaille a constaté l'autre impact de sa recrue.

Sam devait faire une autre quarantaine et était à l'écart de l'équipe. Les gars s'ennuyaient de lui! C'est une personne qui a toujours le sourire et la pédale au plancher.

Une citation de :Louis Robitaille, dg et entraîneur-chef, Olympiques de Gatineau

Frappé par la COVID-19

Les Olympiques ont été frappés de plein fouet par une éclosion de COVID-19. Samuel, lui aussi, a été terrassé par le virus.

Honnêtement, je vais te dire que ça m'a frappé vraiment dur, dit-il. En fait, la virulence de la maladie l'a surpris, lui, qui est pourtant en bonne condition physique.

C'est sérieux! Les gens doivent faire attention à ça. On a eu la perte de goût, les maux de tête, le manque d'énergie, raconte Savoie. Ç'a été dur pour nous de revenir au jeu.

L'épisode COVID s'est ajouté à une foule de facteurs pour lui et son équipe : pas d'aréna local, arrêt des activités de la LHJMQ pendant plusieurs semaines, rumeurs d'annulation de saison.

Quand j'ai décollé de chez moi, je ne pensais pas que ma saison serait comme ça. C'était dur par moment, c'était stressant. Il fallait continuer à suivre nos cours au travers de ça. Tu pratiques, tu pratiques, mais tu n'as aucune idée d'un retour au jeu. Comme personne, je crois que je suis devenu un peu plus mature.

Une citation de :Samuel Savoie

Savoie pense déjà à l'an prochain. Il veut être prêt et construire ce qu'il a appris.

D'ici là, il reviendra au Nouveau-Brunswick la semaine prochaine pour terminer ses études, obtenir son diplôme de l'école Mathieu-Martin, avec ses amis. Certains voudront en savoir plus sur la vie de hockeyeur, car ils pourraient être à leur tour être repêchés dans la LHJMQ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !