•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme autochtone réclame des excuses de la police de Toronto

Sara Pitawanakwat sur un bateau.

Sara Pitawanakwat pense que les policiers sont allés trop loin le soir où ils se sont présentés chez elle.

Photo : Avec l'autorisation de Sara Pitawanakwat

Radio-Canada

Sara Pitawanakwat, une Torontoise originaire de l’île Manitoulin, réclame des excuses après une erreur sur la personne et une intervention policière à son domicile.

Mme Pitawanakwat et sa fille de 8 ans étaient au lit le 22 avril quand quelqu’un qui frappait à la porte les a fait sursauter.

Elle raconte que les policiers ont insisté pour entrer et l’ont soupçonnée de cacher un suspect. Bien qu’elle leur ait précisé qu’ils n’avaient pas la bonne adresse, ils auraient aussi menacé d’arrêter son fils de 30 ans qui vit avec elle.

J’étais tellement saisie de voir jusqu’où ça allait, ajoute-t-elle. Et je répétais qu’il y avait erreur sur la personne.

Sara Pitawanakwat dit que cet épisode l’a ébranlée et a fait remonter à la surface son traumatisme de la rafle des années 60, quand des milliers d’enfants autochtones ont été enlevés à leurs parents et confiés à des familles blanches.

Je veux qu’ils présentent des excuses, parce que ce qu’ils ont fait est mal, tellement mal.

Une citation de :Sara Pitawanakwat

Depuis cette malheureuse soirée, Mme Pitawanakwat a porté plainte auprès du Bureau du directeur indépendant de l’examen de la police. Elle dit avoir aussi demandé à la police de Toronto de retirer son nom du dossier.

De leur côté, les policiers recherchent toujours activement le suspect en question et poursuivent leur enquête. Ils n’ont fait aucun commentaire sur leur échange avec Mme Pitawanakwat.

Dans une déclaration écrite, la police de Toronto a affirmé qu’elle était déterminée à tisser des liens plus étroits avec les Autochtones et qu'elle avait été l'un des premiers corps policiers d’une grande ville à créer une unité pour répondre spécifiquement aux besoins de cette communauté.

Elle a ajouté que le programme de formation comporte des éléments sur les Premières Nations et les leçons tirées d’expériences passées et présentes.

D'après les informations de Talia Ricci de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !