•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Colisée de Québec toujours debout, mais bientôt sans bancs

Façade du Colisée.

Le Colisée Pepsi à Québec se cherche une nouvelle vocation.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

À la recherche d’une nouvelle vocation, le Colisée sera bientôt dépourvu de ses bancs. La Ville de Québec a entamé la vente des 15 000 sièges en 2019 alors qu’elle prévoyait démolir le bâtiment. Or, l'administration Labeaume a écarté cette possibilité en février et cherche maintenant à reconvertir le bâtiment.

La Ville a lancé la semaine dernière un appel d'offres afin d’engager une entreprise pour installer d’ici la fin de l’année une partie des bancs du Colisée dans des installations sportives de Québec. Environ 2665 sièges bleus serviront à remplacer les équipements désuets de certains arénas, dont Michel-Labadie, Patrick-Poulin, Réjean-Lemelin, Robert-Chevalier et l’Arpidrome.

La Ville évalue aussi la possibilité d’en utiliser 2420 pour remplacer les sièges des arénas Marcel-Bédard et des 2 glaces.

Au total 11 000 bancs bleus devaient être déplacés au moment de l’annonce de la démolition du bâtiment. Quelque 3422 ont trouvé preneurs auprès d'institutions ou de municipalités. La Ville de Chandler, en Gaspésie, en a notamment acheté 500.

Des bancs sont dans les gradins d'un aréna.

500 bancs du Colisée de Québec seront installés dans l'aréna de Chandler.

Photo : Carol Poirier

Une autre municipalité serait sur le point d’en acheter 2000, rapporte le porte-parole de la Ville de Québec David O’Brien.

Les 15 000 bancs du Colisée Pepsi ont été mis en vente en septembre 2019. Les 4000 sièges blancs en bois datant des années 80 ont rapidement été vendus à des citoyens.

La quasi-totalité des bancs pourrait donc quitter le Colisée, soit 10 507. Concernant l’avenir du Colisée, le comité interne poursuit son analyse sur l’avenir de l’édifice, nous réservons donc nos commentaires pour le moment, conclut M. O’Brien.

D'ici là, le bâtiment servira d'entrepôt pour les équipements du FEQ. Quelques locaux seront également loués au sous-sol.

Avec la collaboration de Louise Boisvert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !