•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Justin Trudeau assis près de Doug Ford; les deux hommes portent un masque.

Le premier ministre Justin Trudeau en compagnie de Doug Ford (archives)

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

Radio-Canada

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, affirme que les attaques personnelles « n'aident en rien », à la suite de la diffusion d'une publicité des progressistes-conservateurs en Ontario, qui l'accusent de laxisme aux frontières pendant la pandémie.

Dans une publicité de 30 secondes diffusée sur les réseaux sociaux, le parti de Doug Ford accuse le gouvernement Trudeau de ne pas en faire assez pour limiter l'arrivée des variants du coronavirus au pays.

La publicité en question a été publiée jeudi sur Facebook et Twitter. Avec une musique angoissante et des bruits de toux en arrière-plan, une voix hors champ souligne que les mutations de la COVID-19 entrent au Canada par la voie des airs en provenance de pays comme le Royaume-Uni , l'Afrique du Sud et le Brésil.

Personne ne veut d'une quatrième vague. Il faut passer à l'action.

Une citation de :Extrait de la publicité du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario

Justin Trudeau n'a pas réussi à fermer nos frontières lorsque la pandémie a commencé. Il n'a pas réussi à les fermer lorsque la situation s'est détériorée, peut-on lire dans le message d'introduction qui accompagne la publication.

Cette publicité diffusée un an avant le début de la campagne électorale en Ontario, alors que la cote de popularité du gouvernement Ford est en chute libre, s'ajoute aux multiples critiques de Doug Ford à l'endroit du gouvernement Trudeau au cours des dernières semaines, que ce soit dans des communiqués ou en point de presse.

M. Trudeau a déploré ces attaques en conférence de presse vendredi.

Je sais qu'on vit des moments difficiles en Ontario. Pour les dirigeants, ça peut être extrêmement difficile et source d'anxiété. [...] Je pense pas que ça n'aide en rien de [montrer] les autres du doigt ou de faire des attaques personnelles.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Je vais continuer de travailler avec le gouvernement de l'Ontario, a ajouté M. Trudeau, qui souligne que le fédéral a entre autres déployé des membres des Forces armées dans la province pour tenter de juguler la crise dans ses hôpitaux.

Il se défend de faire preuve de laxisme aux frontières et affirme que le gouvernement Ford n'a jamais donné suite à sa requête formulée la semaine dernière de limiter le nombre d'étudiants étrangers admis en Ontario. Si la province veut limiter le volume de gens qui arrivent, on est là pour travailler avec elle, dit-il.

Le ministre Prabmeet Sarkaria.

Le ministre Prabmeet Sarkaria a partagé ses préoccupations quant aux gens atteints de variants du coronavirus qui se présentent aux frontières.

Photo : Chaîne de l'Assemblée législative de l'Ontario

La pandémie, un enjeu électoral

En Ontario, le ministre associé délégué au dossier des petites entreprises et de la réduction des formalités administratives, Prabmeet Sarkaria, a expliqué jeudi que le message publicitaire de son parti avait pour objectif de partager les préoccupations des progressistes-conservateurs quant aux failles dans le contrôle aux frontières.

Il a souligné par exemple que des voyageurs traversaient encore la frontière terrestre sans avoir à s'isoler dans un hôtel. Le gouvernement s’inquiète notamment des gens qui traversent la frontière à Niagara Falls, Windsor, Sarnia et Brockville, qui sont parmi les points d'entrée les plus achalandés.

Nous demandons simplement au gouvernement fédéral de travailler avec nous et de mettre en œuvre certaines des mesures qui ont été mises de l'avant, a expliqué le ministre Sarkaria. Le gouvernement Ford aimerait aussi que des tests de dépistage soient effectués à l'aéroport pour les vols intérieurs et que les voyages non essentiels soient interdits.

La publicité ne mentionne pourtant aucune de ces trois demandes de la province.

Ottawa a fait savoir la semaine dernière que des mesures strictes existent déjà à la frontière canado-américaine. Le gouvernement Trudeau estime aussi que la propagation du virus est principalement attribuable à la transmission communautaire au pays et non pas aux voyageurs.

Des travailleurs portant masque, visière, gants et tenue de protection au centre de dépistage de l'aéroport Pearson.

Le gouvernement Ford aimerait que les passagers des vols intérieurs aient aussi à subir des tests de dépistage.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Nous devons attirer l’attention du gouvernement fédéral, a laissé savoir la porte-parole du parti, Christina Wramhed. Nous ne viendrons jamais à bout de cette pandémie et des confinements si nous ne pouvons pas sécuriser nos frontières. Le parti a aussi tenu à préciser que la publicité n'avait pas été payée avec des fonds publics.

Une publicité trompeuse, selon l'opposition

Pour la cheffe néo-démocrate, Andrea Horwath, cette publicité partisane n'est en fait qu'un écran de fumée. Le premier ministre Ford essaie de détourner l'attention plutôt que de s'attarder à réduire la transmission communautaire, comme le conseillent les experts.

Cette campagne publicitaire essaie d'imposer un nouveau dialogue. Elle tente de rediriger l'attention des gens ailleurs.

Une citation de :Andrea Horwath, cheffe de l'opposition officielle

L'opposition officielle ne croit pas que le moment est opportun pour la diffusion d'une telle publicité partisane.

Pour le moment, je ne pense même pas à la campagne électorale, mais apparemment, les conservateurs de Ford et Steven Del Duca sont déjà en campagne. Nous sommes toujours en crise ici, dans cette province. Nous n'avons pas encore vaincu la COVID-19, a lancé Andrea Horwath devant les journalistes.

La cheffe de l'opposition officielle de l'Ontario, Andrea Horwath, les bras au ciel, en conférence de presse.

La cheffe de l'opposition officielle de l'Ontario, Andrea Horwath

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Elle estime aussi que le gouvernement Ford rate la cible en concentrant ses énergies sur les frontières plutôt que sur des mesures pour freiner le virus dans les zones chaudes. Malgré tout, le NPD ne pense pas que les Ontariens vont tomber dans le panneau.

Le Parti libéral a aussi dénoncé la diffusion de la publicité, qualifiée de trompeuse. C'est une publicité conçue pour diviser et pour propager la peur, a laissé savoir le député libéral John Fraser.

Libéraux et néo-démocrates s'entendent tout de même pour dire que les mécanismes de surveillance aux frontières pourraient être améliorés, même s'il ne s'agit pas, selon eux, du cœur du problème.

Avec des renseignements fournis par Mathieu Simard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !