•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abus sexuels : un nouveau système pour faciliter la dénonciation d'un évêque fautif

Les mains jointes, une paroissienne tient un chapelet avec, au bout, une croix bien visible au bout de la chaîne.

Le système vise à faciliter la dénonciation d'évêques fautifs.

Photo : Getty Images / Dan Kitwood

Radio-Canada

Les évêques canadiens lancent un système, jeudi, pour aider les victimes d'abus sexuels par un membre du clergé à dénoncer un évêque qui aurait commis ou dissimulé le crime.

Le Système canadien de signalement des abus sexuels ou dissimulés par un évêque catholique, hébergé sur la plateforme ClearView, est financé par les évêques du Canada. Le service est bilingue, gratuit, confidentiel et disponible en tout temps.

Luc Cyr, archevêque de Sherbrooke, explique que le système vise à faciliter la dénonciation des évêques qui aurait mal agi dans un dossier d'agression sexuelle.

Ça s'inscrit dans le travail des évêques de contrer les abus sexuels et les personnes vulnérables, souligne-t-il. C'est une étape demandée par le pape François, une nouvelle procédure pour faciliter soit la dénonciation d'un évêque qui aurait commis un acte inapproprié, ou encore qui aurait négligé de déclarer un prêtre fautif.

C'est embêtant que le comité diocésain traite quelque chose qui concerne son évêque. Il fallait amener cela à un niveau supérieur. Quand c'est un prêtre qui a mal agi, c'est traité par le comité diocésain. Mais quand c'est un évêque qui est dénoncé, c'est embêtant d'être traité localement.

Une citation de :Luc Cyr, archevêque de Sherbrooke

Garder des traces

Un système de dénonciation existait déjà, selon l'archevêque, mais le pape François a demandé à ce qu'une structure plus neutre pour éviter qu'il n'y ait pas de suivi. Là, tout le monde y a accès, c'est simple et ce n'est pas compliqué.

Mgr Cyr ajoute que n'importe qui peut utiliser cette plateforme. Un autre membre du clergé, un employé laïc ou une victime peut déposer une plainte.

Une fois reçue par le système, la plainte est envoyée à l'archevêque responsable de l'évêque concerné, et il doit engager les procédures nécessaires pour agir dans ce dossier. Si l'événement concerne l'archevêque lui-même, c'est un autre évêque, le plus âgé, le doyen, qui doit intervenir [...] un peu comme un ordre professionnel , soutient Mgr Cyr.

L'Église, on traite cela sérieusement, par respect pour les victimes, pour éliminer toutes sortes d'abus et mettre fin à ces réalités, qui sont désastreuses pour les personnes. On s'est engagé à traiter toutes ces questions.

Une citation de :Luc Cyr, archevêque de Sherbrooke

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !