•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccin d'AstraZeneca : l'Albertaine décédée aurait été renvoyée de l'urgence

Lisa Stonehouse et sa fille Jordan prennent un égoportrait.

Lisa Stonehouse (à droite) avec sa fille Jordan.

Photo : Wilfred Lowenberg/GoFundme

L’Albertaine décédée en raison d’un caillot sanguin après avoir reçu le vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19 aurait été renvoyée chez elle après s’être présentée aux urgences d’un hôpital d’Edmonton deux jours avant son décès, selon un ami de la famille.

Lisa Stonehouse, 52 ans, est morte à l’Hôpital de l’Université de l’Alberta samedi.

La province a annoncé la nouvelle, mardi, sans révéler l’identité de la victime, mais un ami de sa famille a confirmé qu’il s’agit de Lisa Stonehouse.

Selon ce dernier, Wilfred Lowenberg, la mère de famille a été renvoyée chez elle après s’être présentée aux urgences de l’Hôpital Grey Nuns d’Edmonton.

Deux jours plus tard, elle a été admise à l’Hôpital de Strathcona, avant d’être transférée vers l’Hôpital de l’Université de l’Alberta pour un caillot sanguin au cerveau.

Le vaccin était censé sauver des vies et il a emporté la sienne.

Une citation de :Wilfred Lowenberg, ami de la famille de Lisa Stonehouse

Même s’il n’y a qu’un risque sur 1 million que quelqu’un développe un caillot sanguin à cause du vaccin d’AstraZeneca, je pense personnellement que c’est trop, dit-il.

Des symptômes presque immédiats

Lisa Stonehouse a reçu sa première dose de vaccin le 21 avril.

Selon Wilfred Lowenberg, elle s’est sentie mal et engourdie presque immédiatement après, avant d'être atteinte d'un mal de tête insupportable.

Le 29 avril, ses symptômes ont empiré. Elle a donc appelé Health Link, où on lui a dit qu’elle souffrait probablement d’une réaction normale au vaccin.

Ce soir-là, sa fille l’a amenée aux urgences de l’Hôpital Grey Nuns, dans le sud-est d’Edmonton, selon Wilfred Lowenberg.

Il dit que Lisa Stonehouse avait des élancements dans la tête, qu’elle se sentait faible et qu’elle vomissait. La mère de famille a finalement été renvoyée chez elle pour se reposer.

Le 30 avril, sa fille l'a amenée de nouveau à l’hôpital, cette fois-ci à l’hôpital de Strathcona, à Sherwood Park, où elle a été admise. Une tomodensitométrie (TDM), aussi appelée CT-Scan, a révélé qu’un caillot de sang s’était formé dans son cerveau.

Dans l’ambulance qui l’amenait à l'hôpital de l’Université de l’Alberta, Lisa Stonehouse a eu un accident cérébral et a dû être intubée.

Le lendemain, le système de soutien vital a été débranché, et elle est décédée.

Orpheline à 19 ans

Wilfred Lowenberg dit que la famille de Lisa Stonehouse veut savoir pourquoi cette dernière a été renvoyée sommairement lors de sa première visite aux urgences de l’Hôpital Grey Nuns.

Il se demande si le retard dans sa prise en charge a contribué à sa mort.

La seule raison pour laquelle elle voulait se faire vacciner, c'était pour pouvoir voyager avec sa fille, Jordan.

Une citation de :Wilfred Lowenberg, ami de la famille de Lisa Stonehouse

Lisa Stonehouse était comptable. Wilfred Lowenberg la décrit comme une femme intelligente, drôle et au rire contagieux.

Elle laisse dans le deuil sa fille de 19 ans, Jordan. Cette dernière a récemment perdu son père, Morrie, qui a succombé à un anévrisme cérébral en janvier 2019.

Elle [Lisa Stonehouse] voulait amener Jordan dans tous les endroits où son mari et elle avaient voyagé, affirme Wilfred Lowenberg.

Des médecins sensibilisés

Selon l’urgentologue en chef de la zone de Calgary, le Dr Eddy Lang, toute personne qui se présente à l’urgence d'un hôpital doit être enregistrée au poste de triage.

Normalement, il n'est pas question de renvoyer un patient d’un poste de triage, dit-il.

Il dit que les médecins de la province sont au courant des complications liées au vaccin d’AstraZeneca et qu’un protocole d’évaluation de traitement a été mis en place pour traiter les personnes soupçonnées de souffrir d’une thrombose.

Cela devrait être une préoccupation pour tous les médecins qui travaillent au Canada, où le vaccin d’AstraZeneca est administré.

Une citation de :Eddy Lang, urgentologue

Il ajoute que les hôpitaux ont tous les outils permettant d’identifier les cas de thromboses et que, plus la complication est découverte rapidement, plus les patients ont de chances de s’en sortir.

Quels sont les symptômes d'une thrombose?

  • Mal de tête
  • Faiblesse dans un bras
  • Confusion
  • Difficulté à respirer
  • Pesanteur ou douleur à la poitrine
  • Bras ou jambe enflés, rouges et/ou douloureux
  • Jambe de couleur blanche
  • Mauvaise circulation sanguine dans une jambe

Selon le Dr Eddy Lang, ces symptômes surviennent entre 4 et 20 jours après la vaccination, et les personnes qui présentent ces symptômes devraient consulter un médecin. Il précise toutefois que les symptômes grippaux ou une légère douleur au bras sont normaux.

Enquête en cours

Dans une déclaration écrite, Covenant Health, l'organisme qui gère les centres de soins catholiques, dont l’Hôpital Grey Nuns, affirme avoir ouvert une enquête.

Covenant Health, en collaboration avec Services de santé Alberta, enquête activement sur toutes les circonstances entourant la visite [de Lisa Stonehouse] aux urgences et a assuré à la famille que leurs inquiétudes sont examinées, affirme l’organisme.

Selon la médecin hygiéniste en chef de la province, Deena Hinshaw, les thromboses provoquées par le vaccin d’AstraZeneca sont très rares. Elles se produisent une fois sur 100 000 à 250 000 vaccinations.

Deena Hinshaw affirme aussi que les personnes âgées de 50 à 59 ans qui contractent la COVID-19 courent 350 fois plus de risques de mourir de la maladie que d’une thrombose liée au vaccin d’AstraZeneca.

Lisa Stonehouse est la deuxième personne chez qui un caillot sanguin a été rapporté en Alberta. Elle est la première personne à y avoir succombé.

Plus de 253 000 doses du vaccin d’AstraZeneca ont été administrées dans la province.

Avec les informations de Wallis Snowdon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !