•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec va réintroduire les examens ministériels

Des élèves répondent aux question d'un examen en classe.

Les examens ministériels obligatoires seront réintroduits l'an prochain et les épreuves uniques le seront pour les 4e et 5e années du secondaire.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, prévoit une autre année atypique en 2021-2022. Il va réintroduire les examens ministériels obligatoires, mais changer leur pondération ainsi que celle des étapes.

C'est ce qu'il a annoncé jeudi lors d'une conférence de presse à Québec portant sur la réussite éducative et le retour progressif à la normale pour les élèves.

On est dans l'adaptation, a déclaré d'emblée le ministre.

Ce sont des moyens exceptionnels, parce qu'on vient de traverser une année exceptionnelle, et que l'an prochain, ce ne sera pas une année normale non plus.

Une citation de :Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation du Québec

L'année scolaire 2021-2022 sera divisée en deux étapes, avec la pondération suivante : 40 % pour la première (août 2021 à janvier 2022) et 60 % pour la deuxième (février 2022 à juin 2022).

Des communications aux parents devront être faites à mi-étape pour les tenir informés de la progression de leur enfant.

À l'heure actuelle, le premier bulletin vaut 35 % de la note finale et le deuxième bulletin, 65 %. Dans une année normale, la pondération va comme suit : 20 %, 20 % et 60 %.

Par ailleurs, les examens ministériels obligatoires seront réintroduits en 2021-2022 avec une pondération ajustée à 10 % au lieu de 20 %.

L'ensemble des épreuves uniques seront aussi réintroduites pour les 4e et 5e années du secondaire et leur pondération sera également ajustée à 20 % au lieu de 50 %.

Je pense que c'est nécessaire de les ramener, mais de manière différente, a affirmé M. Roberge. Lorsqu'on a fait des rencontres avec des adolescents, ils nous ont dit : "On aimerait ça avoir des repères."

Jean-François Roberge à l'Assemblée nationale.

Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation du Québec.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Plan de relance de 110 millions

M. Roberge a lancé jeudi le Plan de relance pour la réussite : l'éducation au-delà de la pandémie, qui s'accompagne d'investissements totalisant 110 millions de dollars.

Ce plan découle des Rendez-vous virtuels sur la réussite éducative, qui avaient réuni privément en mars près de 60 acteurs du réseau scolaire.

Il vise à réduire les écarts en matière d'apprentissage, et à favoriser le bien-être des élèves et du personnel, en plus d'augmenter les occasions de sortir, de bouger et de profiter du plein air.

Parmi les mesures phares, notons le retour du programme de tutorat l'an prochain (60 millions de dollars) et la mise sur pied de camps pédagogiques pour les élèves vulnérables (8,8 millions).

Est-ce qu'en juin 2022 tout aura été résorbé? Je ne peux pas répondre à ce moment-ci. Je ne sais pas ce qui pourrait arriver avec la COVID.

Une citation de :Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation du Québec

Je peux m'engager, par exemple, à continuer de prendre le pouls directement sur le terrain, a-t-il ajouté. S'il faut mettre d'autres mesures, investir plus de fonds, [...] on le fera.

Le Plan de relance sera mis à jour au début du mois d'août en fonction de la situation épidémiologique.

M. Roberge a également annoncé jeudi qu'il présentera sous peu un autre plan sur les contraintes sanitaires à prévoir dans les écoles pour l'année 2021-2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !