•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La diversité littéraire queer mise en valeur lors d'un cabaret LGBTQ+

Ce cabaret littéraire LGBTQ+, Accents queer, est l’idée du journaliste Samuel Larochelle.

L'homme sourit et pose pour la photo en regardant devant lui.

L’auteur Simon Boulerice est l’une des personnes qui participeront au cabaret « Accents queer ».

Photo : Radio-Canada / Martin Ouellet-Diotte

Radio-Canada

Le cabaret littéraire LGBTQ+, Accents queer sera animé samedi à Montréal par le journaliste Samuel Larochelle, qui en a eu l’idée. L’objectif est de célébrer cette littérature de plus en plus présente dans l’espace public et de lui donner une tribune.

Ce cabaret se déroulera à guichets fermés le 8 mai à la Maison de la culture Janine-Sutto (anciennement Frontenac) avec six autrices et auteurs : Simon Boulerice, Gabrielle Boulianne-Tremblay, Laura Doyle-Péan, Isabelle St-Pierre, Chloé Savoie-Bernard ainsi que le producteur et animateur de ce spectacle littéraire, Samuel Larochelle.

Évidemment, à cause de la pandémie et des restrictions sanitaires, le nombre de personnes pouvant y assister est limité.

Les artistes liront des extraits de cinq à sept minutes de leurs œuvres. Chaque artiste va alterner. Il va y avoir des extraits de romans, de nouvelles, de la poésie, du slam, du conte, de l’opinion, des chroniques intimes. C’est extrêmement varié dans les genres, a expliqué Samuel Larochelle, qui vient de publier les mémoires de l'ancien député François Gendron, à la chroniqueuse culturelle de Tout un matin, Eugénie Lépine-Blondeau.

Dans cette photo d'archives, l'homme pose devant une affiche du Salon du livre de l'Abitibi-Témiscamingue.

Samuel Larochelle, journaliste indépendant et auteur, est originaire d’Amos, en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Je voulais aussi des représentants de toutes les lettres de la communauté LGBTQ, a-t-il ajouté

Cet événement doit devenir semestriel : il sera présenté au printemps et à l’automne. L’objectif est d’offrir à tout le monde la possibilité de plonger dans cette littérature.

Le fait que ce soit récurrent, ça vient sortir la cause LGBTQ+ et l’expérience de la communauté des événements [auxquels on nous associe déjà]. C’est un beau symbole pour dire qu’on va habiter la planète durant toute l’année.

Une citation de :Samuel Larochelle

Une littérature de plus en plus présente

La littérature queer francophone est de plus en plus visible au Québec depuis les 10 dernières années et elle est aussi de plus en plus diversifiée. On va dans tous les genres littéraires. Elle n’est pas uniquement militante et elle se donne le droit d’exister dans toutes les sphères de la vie. On n’est plus seulement publiés dans des maisons d’édition nichées, on est chez les généralistes, souligne Samuel Larochelle.

Selon ce dernier, cette littérature ne s’adresse pas seulement à la communauté LGBTQ+, mais aussi aux personnes hétérosexuelles.

On ne rejoint pas seulement les lecteurs de la communauté, mais tout le monde. Si les personnes LGTBQ+ ont pu être interpellées, émues et diverties par des histoires d’hétéros toute leur vie, je pense que les hétérosexuels sont capables d’en faire autant avec nos histoires et je trouve ça vraiment beau.

Une citation de :Samuel Larochelle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !