•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de positif que de négatif pour les Olympiques de Gatineau malgré l'élimination hâtive

Les Olympiques ont perdu en quatre rencontres face à l'Armada de Blainville-Boisbriand.

Un entraîneur de hockey regarde l'écran géant pendant un match.

L'entraîneur-chef et directeur des opérations hockey des Olympiques, Louis Robitaille, pendant le dernier match de son équipe.

Photo : Olivier Croteau / LHJMQ

Quelques jours après leur élimination face à l’Armada de Blainville-Boisbriand, les Olympiques de Gatineau ont tracé un bilan généralement positif de la dernière saison. La formation a baissé pavillon en quatre rencontres au premier tour des séries de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). 

La première chose que j’ai mentionné au début de la saison, c’est l’importance d’avoir la fierté de porter ce chandail. Je suis extrêmement fier de comment nos joueurs se sont comportés. Ils ont été résilients et l’ont porté avec beaucoup de fierté, mentionne  l’entraîneur-chef et directeur des opérations hockey, Louis Robitaille. 

Les Olympiques ont joué 35 rencontres cette saison, 31 en saison régulière dans différents environnements protégés et 4 en séries. Pour le pilote de l’équipe, chaque match a valu la peine dans cette saison étrange pendant laquelle la pandémie de COVID-19 a joué un grand rôle. 

Des joueurs de hockey quittent la patinoire après un match.

Les Olympiques de Gatineau ont joué leur dernier match de la saison 2020-2021 à Sherbrooke le 2 avril dernier.

Photo : Vincent Lévesque-Rousseau / LHJMQ

Ils ont pu voir notre nouvelle vision et comment on veut jouer. On a travaillé avec nos joueurs et ils ont vu ce que c’est la LHJMQ. C’est un gros stage avec l’attention médiatique et des adversaires plus vieux. Ils ont vécu les séries aussi. Chaque petit détail est important, ajoute Robitaille. 

Les Olympiques sont toutefois revenus sur les nombreux cas de COVID qui ont touché l’organisation juste avant les séries. Ce sont 20 joueurs ont contracté le virus et ont été en confinement pendant deux semaines.

La préparation pour les séries a été extrêmement difficile. On a été grandement affectés et nous n'avons eu que trois pratiques complètes avant la série. Les gars ont été incroyables.

Une citation de :Louis Robitaille, entraîneur-chef des Olympiques

Je vous conterai pas de menteries, les joueurs étaient brulés. On avait les jambes lourdes, on avait pas l’énergie habituelle. C’était difficile, surtout contre une équipe mature qui nous a mis beaucoup de pression et nous poussait physiquement, reconnaît Robitaille, qui n’a jamais utilisé la maladie comme excuse pendant sa série contre l’Armada, mais voit bien que ses joueurs ont été affectés. 

Un joueur de hockey déjoue deux adversaires pendant une rencontre.

Le premier choix au repêchage de 2020 des Olympiques, Tristan Luneau, transporte la rondelle pendant un match contre l'Armada.

Photo : Olivier Croteau / LHJMQ

Le jeune défenseur Tristan Luneau a été l’un des rares joueurs épargnés par la maladie. C’est en discutant avec ses coéquipiers qu’il a réalisé l’impact du virus sur l’équipe.

Je ne m’en rendais pas compte pendant les matchs. Mais, les gars devaient manger 3-4 sacs de jujubes entre les périodes pour avoir un peu d’énergie. Je ne l’avais pas vu de même, mais j’ai vu que tout le monde a été grandement affecté, raconte Luneau.

Le déroulement de la dernière saison a évidemment eu un impact sur les finances de l’organisation. Les bulles mises en place par la Ligue ont coûté cher et les revenus étaient inexistants. Le copropriétaire et président du conseil d’administration, François Beaudry, s’est fait rassurant. 

Nos bases financières sont encore solides. Les propriétaires se tiennent ensemble. C’est pas évident, les bulles sont dispendieuses, mais l’appui du gouvernement du Québec nous  a aidé et on éponge le reste. C’est dommage parce que nos partisans n’ont pas été capable de voir en personne cette jeune équipe excitante. On va de l’avant en espérant avoir une très belle année la saison prochaine, insiste Beaudry. 

Les jeunes font le travail 

Toute l’année, les Olympiques ont misé sur un important quatuor de recrues de 16 ans qui ont grandement progressé au cours des derniers mois. Le petit Antonin Verreault a mené les attaquants de la formation avec 29 points en 31 matchs de saison régulière alors que le premier choix Tristan Luneau a vu ses responsabilités augmenter, sans oublier le travail de Samuel Savoie et Noah Warren. 

On ne s'est pas trompé avec les jeunes, ils ont grandi énormément. Samuel Savoie tombe dans l’ombre parce qu’il n’a pas la même production, mais il a joué 14 minutes en moyenne et gagnait ses batailles. Noah Warren, on savait qu’il serait important pour nous dans le futur et sa progression a été fulgurante. On est fier de l’évolution de nos choix, explique Robitaille. 

Un attaquant de hockey vole dans les airs alors qu'il marque un but.

Le jeune attaquant des Olympiques Antonin Verreault marque contre Olivier Adam de l'Armada après une feinte spectaculaire.

Photo : Olivier Croteau / LHJMQ

On a tout appris à jouer de la bonne façon. L’entraîneur met beaucoup l’accent là-dessus. Il y a une différence entre jouer pour toi et tes statistiques et jouer pour l’équipe. on a pris beaucoup de maturité.

Une citation de :Tristan Luneau, défenseur des Olympiques de Gatineau

J’ai beaucoup amélioré ma gestion de match. J’avais tendance à plus pousser et créer des choses dans le midget AAA, mais j’ai appris ici à créer les occasions. Chaque revirement coûte plus cher dans la LHJMQ, poursuit Tristan Luneau. 

Le futur regarde vraiment bien, j’ai déjà hâte de recommencer. Avec tout le talent qu’on a et la chimie qu’on avait déjà, on croyait aller loin en séries. Je suis sûr que ça va se transmettre dès la prochaine saison, affirme Luneau qui a décidé de rester en Outaouais encore quelques semaines afin de poursuivre son entraînement. 

L’avenir semble rempli de promesses à Gatineau, autant sur la glace que dans les gradins. Plus de 700 billets de saison ont été vendus pour la prochaine saison alors que pratiquement toutes les loges du Centre Slush Puppie ont été vendues. 

On sera fin prêts pour le repêchage et le prochain camp d’entraînement, assure Louis Robitaille. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !