•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle ville hôte pour les Grands Prix cyclistes?

Des cyclistes montent une côte du Vieux-Québec

Même si l'édition 2021 des grands prix cyclistes peut avoir lieu, les rues du Vieux-Québec ne seront vraisemblablement pas prises d'assaut par les athlètes.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

L’organisation des Grands Prix cyclistes continue de plancher sur une édition 2021 de l’événement en vue de cet automne. Si les deux courses québécoises de l’Union cycliste internationale réussissent à avoir le feu vert de la Santé publique, toutefois, tout indique que la compétition de Québec sera relocalisée dans une autre ville.

Déjà dans l’incertitude en raison des restrictions sanitaires, l'équipe de Serge et Sébastien Arsenault a reçu une mauvaise nouvelle de la Ville de Québec, il y a quelques semaines. Comme le Festival d’été de Québec et plusieurs autres grands événements dont la tenue était jugée trop improbable, cette année, les Grands Prix cyclistes ne recevront pas la subvention que leur verse habituellement la Ville.

S’il dit comprendre la décision du maire Labeaume, Serge Arsenault assure que son équipe n'a pour sa part pas le choix d’être prête à accueillir des athlètes de l’UCI en septembre. Le maintien des licences pour présenter l’événement pourrait être en jeu.

Ni moi ni Régis Labeaume ni personne ne peut aller contre une interdiction d’ordre sanitaire, mais on doit préparer un plan B parce qu’il est fort possible qu’en juillet on nous dise qu’on peut tenir deux courses au Québec, explique le fondateur des Grands Prix cyclistes, qui a récemment cédé la présidence à son fils Sébastien.

L'importance d'avoir deux courses

Toute l’équipe des Grands Prix est prête pour aller à Québec, mais si c’est impossible, il nous faut deux courses pour attirer le peloton mondial. Il ne se déplacerait pas au complet pour une seule coupe du monde ou une seule épreuve du World Tour, détaille-t-il.

Arsenault dit avoir déjà une ville québécoise en tête pour remplacer Québec, sans donner plus de détails. Une chose est sûre, toutefois, Montréal ne pourrait accueillir deux courses.

La course de Montréal est déjà dimanche. L’infrastructure cycliste n’est pas facile. Avec la fermeture des routes, on dérange beaucoup, explique le fondateur. Sans compter que les athlètes ont besoin de diversité dans les deux parcours.

Quitter Québec pour mieux y revenir

La porte est-elle complètement fermée pour la ville de Québec en 2021? Pas tout à fait, estime Serge Arsenault, mais il mentionne du même souffle que les trois autres partenaires de l’événement, le gouvernement fédéral, le gouvernement provincial et la Ville de Montréal ont maintenu leur soutien financier.

Il y a la question de l’investissement et il y a la question des services publics. La fermeture des routes et tout ça. Si Québec ne peut pas collaborer à rien, on ne peut pas envoyer les cyclistes à travers la circulation.

Si la course de Québec devait avoir lieu ailleurs cet automne, ce serait pour mieux revenir sur le parcours extraordinaire et unique de la Capitale-Nationale, précise le fondateur. En tenant la course ailleurs cette année, c’est protéger la ville de Québec pour toutes les éditions ultérieures.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !