•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immobilier : la hausse des prix à Halifax devrait ralentir à la fin de l'année

Un vue aérienne du port d'Halifax, des édifices et du traversier.

La flambée du marché de l'immobilier dans la région d'Halifax devrait perdre de la vigueur à la fin de 2021 (archives).

Photo : CBC / Steve Lawrence

Pascal Raiche-Nogue

La montée en flèche des prix de l’immobilier dans la région d’Halifax devrait perdre de la vigueur à compter de la fin de 2021. Le marché locatif risque cependant de rester tendu au cours des trois prochaines années, selon des prévisions publiées jeudi par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Dans son rapport printanier, la SCHL note que le marché tourne à plein régime dans la capitale néo-écossaise.

En 2019, le prix moyen des maisons affichées sur le système MLS (Multiple Listing Service) était de 322 439 $. L’année dernière, il est passé à 369 435 $, soit une hausse de 15 %. Le nombre de ventes a augmenté de 13 % en 2020.

Ces hausses importantes sont attribuables à la faiblesse des taux hypothécaires, à l’incidence relativement faible de la COVID-19 sur l’emploi et à la forte migration interprovinciale, lit-on dans le rapport écrit par l’analyste Tad Mangwengwende.

La SCHL prévoit que la flambée va se poursuivre dans la région d’Halifax en 2021. Selon elle, le prix de vente moyen va se situer de 410 000 $ à 440 000 $, ce qui représente une hausse de 11 à 19 % par rapport à 2020.

Bonne nouvelle pour les acheteurs ; certains facteurs qui font augmenter la demande et qui poussent les prix à la hausse devraient perdre en importance vers la fin de 2021.

La SCHL s’attend à une hausse des taux hypothécaires et à ce qu’un nombre moins élevé de gens de l’extérieur de la Nouvelle-Écosse viennent s’établir dans la province. Cela devrait faire diminuer les ventes de maisons.

En 2020, la demande de logements a augmenté plus rapidement que l’offre, ce qui a fait monter les prix. Au cours des trois prochaines années, la croissance des prix devrait décélérer sous l’effet du ralentissement de la demande, explique Tad Mangwengwende.

Pas de répit en vue pour les locataires

L’état du marché locatif dans la région d’Halifax est qualifié de tendu par la SCHL.

Le taux d’inoccupation a connu une légère hausse en 2020 pour atteindre 1,9 %, tandis que le loyer moyen a augmenté de 4,1 %.

La situation n’est pas sur le point de s’améliorer et devrait en fait se détériorer, en partie à cause de la réouverture à venir des frontières nationales et interprovinciales, lit-on dans le rapport publié jeudi.

Étant donné que la migration, en particulier celle des étudiants étrangers, devrait progresser lorsque la pandémie de COVID-19 sera terminée, la demande de logements locatifs sera encore plus forte au cours des trois prochaines années, prédit la SCHL.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !