•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Abitibi-Témiscamingue compte trois cas actifs de COVID-19

Les personnes qui s'assoient sur un banc de parc à Amos sont invitées à s'y installer seules ou avec une personne qui habite à la même adresse.

La distanciation physique est recommandée même à l'extérieur pour éviter la propagation de la COVID-19 (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Radio-Canada

La santé publique ne recense aucun nouveau cas de coronavirus dans la région.

Le nouveau cas dans la MRC de la Vallée-de-l’Or confirmé mercredi a mis fin à une séquence de six jours sans nouveau cas de COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue.

La région n’a aucun patient hospitalisé en raison du virus et il n’y a pas d’éclosion en cours.

Dans la dernière semaine, plus de 2000 tests de dépistage ont été effectués et seulement 1 est revenu positif.

34,1 % de la population a maintenant reçu la première dose du vaccin dans la région. D'ici quelques jours, la cible de 75 % de vaccination chez les 60-65 ans devrait être atteinte.

Dès vendredi, les 35 ans et plus pourront prendre rendez-vous. Les 30 ans et plus auront accès aux rendez-vous dès lundi.

En Abitibi-Témiscamingue, la vaccination des 12-17 ans devrait s'amorcer en juin, mais aucune date précise n'a encore été fixée.

Au courant de la semaine prochaine, on a ce sujet-là à l'ordre du jour pour voir à la planification avec les centres de services scolaires de chacune de nos régions, précise Katia Châteauvert, directrice de la campagne de vaccination en Abitibi-Témiscamingue.

La santé publique régionale lance un appel à la prudence à quelques jours du passage de l'Abitibi-Témiscamingue en zone jaune.

Dès lundi, une série d'assouplissements entreront en vigueur, notamment la fin du couvre-feu et l'autorisation des rassemblements de deux familles.

Ne cédez pas à la tentation de fréquenter plusieurs bulles une à la suite de l'autre. Par exemple, un souper avec une bulle le lundi, une autre bulle le mardi, une autre le mercredi, etc. Il y a moyen de le faire de façon sécuritaire. Si vous passez d'une bulle à l'autre, assurez-vous d'espacer ces rencontres dans le temps, laissez au moins trois ou quatre jours passer entre ces rencontres. Par ailleurs, demeurez attentif à tout symptôme compatible avec la COVID.

Une citation de :Dre Lyse Landry, directrice de la santé publique régionale

Selon la Dre Lyse Landry, directrice de la santé publique, ce sont les efforts des Témiscabitibiens qui ont permis d'en arriver à ce résultat.

Je suis très confiante que nous, les gens de l'Abitibi-Témiscamingue, nous sommes capables de prouver encore une fois qu'il est possible de réussir le tour de force du passage au palier jaune de manière sécuritaire. Baisser la garde trop rapidement pourrait se traduire par une flambée des cas et un éventuel retour à la case départ. C'est ce qu'on ne veut pas. On veut éviter le scénario du yoyo, fait valoir la Dre Landry.

Les déplacements sont toujours interdits entre l'Abitibi-Témiscamingue et les zones orange ou rouges.

Toute personne de la région qui se rend dans ces zones devra aussi se placer en isolement.

Quelqu'un peut venir passer quelques jours parce qu'un de ses proches est en fin de vie. Pour ce genre de personnes là, on recommande un dépistage dans leur région avant de se déplacer ici, parce qu'on a déjà vu des situations où les gens sont venus et en revenant chez eux, ils ont reçu un résultat positif. Les gens avec qui ils ont été ont déjà été contaminés, donne pour exemple la Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil en santé publique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !