•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bond de la valeur des permis de construction à l’Île-du-Prince-Édouard

Une maison en construction.

Selon l’Association canadienne de l’immeuble, le prix moyen des maisons à l’île a augmenté de 22 % en mars dernier.

Photo : La Presse canadienne / Brian McInnis

L’Île-du-Prince-Édouard a enregistré une augmentation fulgurante de la valeur totale des permis de construction délivrés en mars 2021, selon un rapport de Statistique Canada publié mardi.

Ces données permettent de dresser un portait des intentions de construire ou de rénover dans la province.

La province a comptabilisé un bond de 114 % dans la valeur des permis délivrés par les municipalités, en mars dernier.

Au pays, cette augmentation a atteint 5,7 % en mars, comparativement au mois précédent.

Les municipalités canadiennes ont livré, au total, 10 $ milliards de dollars en permis de construction.

Le marché résidentiel en plein essor

La croissance du marché résidentiel serait la principale cause de ces chiffres records.

Dans ce secteur à l’Île-du-Prince-Édouard, la valeur totale des permis a bondi de 84 % au premier trimestre de 2021, par rapport à la même période l’an dernier.

La construction de logements unifamiliaux représente la part la plus importante du marché dans la province. Ce secteur a connu une augmentation de 209 %.

La valeur des permis livrés pour la construction de logements multifamiliaux, notamment les bâtiments à appartements, a néanmoins connu une décroissance de 37 %.

Selon l’Association canadienne de l’immeuble, le prix moyen des maisons à l’île a augmenté de 22 % en mars dernier.

Les défis des acheteurs

Stéphane Blanchard vit à l’Île-du-Prince-Édouard depuis au moins dix ans.

Il y a six mois, cet Insulaire a entrepris des démarches pour acheter un chalet d’environ 200 000 $ dollars à l'île. L’immeuble serait par la suite mis dans le marché locatif, mais ses tentatives n'ont pas encore porté fruit.

Stéphane Blanchard pose pour la photo.

Pour Stéphane Blanchard, les surenchères sur le marché immobilier représentent l’un des facteurs qui l'éloignent de son objectif.

Photo : Gracieuseté Stéphane Blanchard

Il se plaint du gonflement des prix des maisons occasionné par les guerres d’enchères dans le marché immobilier. Les acheteurs déposant les offres les plus élevées remportent en général les paris.

Dès qu'une maison arrive sur le marché, tu sais que tu vas faire face à beaucoup de concurrence.

Une citation de :Stéphane Blanchard

Le Prince-Édouardien s’est lancé à quatre reprises dans des négociations d’achat, mais les autres offres présentées étaient toujours plus importantes que la sienne.

Quand on était en négociation pour chalet il y a quelque temps, on trouvait qu’on avait fait une belle offre, à 10 % au-dessus du prix demandé, mais on n’était même pas proche des autres offres, dit-il avec étonnement.

Il ajoute que les négociations pour conclure un achat se font en général dans des intervalles très courts entre les visites et les négociations.

Tu prends un rendez-vous pour aller visiter et le lendemain, les offres sont déjà acceptées. Ça se fait très rapidement, déplore-t-il.

Stéphane Blanchard explique que le marché immobilier en ébullition ne le décourage pas.

Pour l’instant, on va tout simplement continuer à suivre le marché, si la bonne occasion se présente, on va faire une offre en espérant pour le mieux, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !