•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’appel de Régis Labeaume que Daniel Gélinas ne pouvait pas refuser

Daniel Gélinas et Régis Labeaume

Daniel Gélinas en compagnie du maire Régis Labeaume.

Photo : Radio-Canada

Éric Langevin

« Tu peux y penser, mais t’as pas tellement le choix! » C’est de cette façon que Régis Labeaume a abordé Daniel Gélinas, le 20 décembre 2007, lorsque le maire nouvellement élu lui a demandé de prendre en charge les festivités du 400e anniversaire de Québec.

Les fêtes ont été un succès sur lequel le maire Labeaume a pu bâtir une bonne partie de sa carrière en politique municipale. Ç’a été sa première décision importante en tant que maire, et c’est devenu son outil principal pour démontrer que Québec pouvait faire de grandes choses, analyse Daniel Gélinas.

Même si son nom a circulé comme potentiel successeur à Régis Labeaume, M. Gélinas refuse toute idée d’implication en politique. Je préfère le poste de général sur le champ de bataille, image celui qui a longtemps travaillé dans le milieu culturel trifluvien.

Par ailleurs, la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, a également salué les réalisations du maire de Québec. Il a remis Québec sur la map et lui a redonné ses lettres de noblesse. (...) Après toutes ces années, je peux comprendre sa décision de partir, a mentionné Mme Dubois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !