•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mesures sanitaires au Manitoba : le manque de cohérence dénoncé

Des personnes assis à une terrasse de café.

Les ordonnances sanitaires au Manitoba permettent à quatre personnes vivant à des adresses différentes de se réunir à la table de la terrasse d'un restaurant. Cependant, ces mêmes personnes n'auraient pas le droit de se rencontrer dans la cour d'une résidence privée.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des Manitobains et des experts en santé publique voient un manque de cohérence dans les dernières mesures sanitaires et aimeraient que la province fournisse davantage d’explications à leur sujet.

Kristen Gall, qui vit au Manitoba, dit qu’elle suit d’habitude sans problèmes les restrictions sanitaires, qui sont en constant changement. Toutefois, elle trouve que les dernières règles ne sont pas très cohérentes.

Honnêtement, ça me frustre plus qu’autre chose, parce que, pendant un temps, il était permis de recevoir un ami, lance-t-elle.

Kristen Gall raconte qu'elle a pique-niqué avec un ami au parc Assiniboine cette semaine, en respectant la distanciation physique, ce qui est permis, selon la santé publique. Or, s'ils s’étaient rencontrés dans la cour d’une propriété privée, ils auraient contrevenu aux règles.

En ce moment au Manitoba, les rassemblements privés sont interdits, même à l’extérieur. Cependant, 10 personnes ont le droit de se réunir dans un espace public extérieur, et 4 personnes habitant à différentes adresses peuvent prendre une bière ensemble sur la terrasse d’un restaurant.

C’est ce qui m’éloigne des terrasses, affirme Kristen Gall, ajoutant que plusieurs personnes se réunissent sans masque, toutes au même endroit.

Cette confusion autour des restrictions sanitaires, conjuguée au manque d’explication lorsque ces règles ont été énoncées, peut conduire à la résistance ou à la défiance du public, selon une professeure de l’Université du Manitoba et experte en communication du risque en santé publique, Michelle Driedger.

Quand cela n’a pas de sens, les gens commencent à se demander : "Pourquoi même suivre les recommandations qui sont faites?", affirme Mme Driedger.

Selon elle, dans le moment critique que traverse la province en ce moment, on ne peut pas permettre que des gens ignorent les recommandations de la santé publique.

Un manque de transparence stupéfiant

Selon le spécialiste en épidémiologie sociale et professeur adjoint à l’Université du Manitoba Souradet Shaw, le Manitoba se contredit constamment et crée ce qui apparaît comme des règles arbitraires.

Il donne l'exemple de la décision de maintenir les écoles ouvertes, tout en refusant d’accorder aux enseignants la priorité pour la vaccination.

Il y a un manque de transparence stupéfiant en ce qui concerne les prises de décision, lance-t-il, en évoquant le refus de la province de publier la modélisation de ses données. De tels chiffres auraient pourtant permis de montrer au public l’effet prévu de différentes restrictions sur les pires et les meilleurs, scénarios.

Tant Michelle Driedger que Souradet Shaw citent la Colombie-Britannique en exemple. Dans cette province, la santé publique et le gouvernement se présentent ensemble, montrant les modélisations au public, et justifiant ainsi les changements de restrictions. C’est ce que les Manitobains méritent également, selon Souradet Shaw.

Des groupes de personnes dispersés dans un parc, avec les montagnes en arrière-plan.

Les Vancouvérois profitent du beau temps dans un parc, en avril 2021. Les experts en santé publique estiment que la Colombie-Britannique fait preuve de transparence en montrant ses modélisations au public, ce qui favorise l'adhésion aux règles sanitaires.

Photo :  CBC / Ben Nelms

Je crois que la province doit vraiment parler franchement et nous traiter en adultes, résume-t-il.

Une campagne à 2 millions de dollars

De côté de la province, une porte-parole du premier ministre, Brian Pallister, rétorque que le gouvernement a dépensé plus de 2 millions de dollars pour s’adresser à la population à travers des campagnes publicitaires, des sondages ou encore des conférences de presse tenues régulièrement.

À chaque étape de cette pandémie, nous nous sommes efforcés de rejoindre directement les Manitobains pour avoir leur avis et leurs commentaires à propos des mesures et ordonnances sanitaires, dit Olivia Billson dans une déclaration écrite envoyée par courriel à CBC.

La porte-parole rappelle aussi que le Manitoba est la seule province qui publie le nombre de contraventions données chaque semaine aux personnes qui enfreignent les restrictions sanitaires.

Avec les informations de Marina Von Stackelberg

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !