•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un gym d’Ottawa obligé de fermer pour avoir défié les règles sanitaires

Une voiture de la police d'Ottawa devant un édifice.

Le gym 613Lift a été forcé de fermer ses portes pour non respect des règles de la santé publique et de la province.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Un centre de conditionnement physique d'Ottawa a été forcé de fermer ses portes mercredi pour avoir prétendument défié à la fois une ordonnance de santé publique locale et l’ordre de rester à la maison décrété par la province.

Mercredi après-midi, des agents des règlements municipaux, accompagnés d'agents de police d'Ottawa, ont donné au gym 613Lift une heure pour fermer et s'assurer que tout le monde avait quitté la propriété, a déclaré Anthony Di Monte, directeur général des services d'urgence et de protection de la ville, lors d'une conférence de presse.

Selon M. Di Monte, la fermeture des installations survient après que le centre de sport, situé sur l'avenue Jamie, ait refusé à plusieurs reprises d'autoriser l'entrée des agents des règlements municipaux pour enquêter.

La direction du gym a aussi refusé de collaborer pour permettre aux inspecteurs de Santé publique Ottawa (SPO) de faire le suivi des cas de COVID-19 liés au gym et de présenter la documentation exigée.

Chaque fois que les agents de règlements [municipaux] arrivaient, ils fermaient les portes [et ne voulaient] pas nous laisser entrer. Ils étaient très peu coopératifs, a déclaré M. Di Monte, ajoutant que les gens à l'intérieur étaient souvent agités et ouvertement agressifs envers les officiers, mais pas violents.

L'entreprise a déjà reçu trois avis d'infraction provinciale, a-t-il déclaré.

Les gymnases doivent rester fermés en vertu de l'ordonnance de maintien à domicile de l'Ontario.

Mais une réglementation provinciale, et une ordonnance distincte en vertu de l'article 22 invoquée par la médecin hygiéniste d'Ottawa, la Dre Vera Etches le 27 avril, permet aux centres de conditionnement physique de rouvrir pour les personnes handicapées ou souffrant de problèmes de santé mentale.

À condition de respecter des règles très strictes.

Ces conditions comprennent la tenue de registres de tous ceux qui ont travaillé et fréquenté le gymnase et permettre l'accès sans entrave à la santé publique et aux responsables de la ville aux installations. Les agents municipaux peuvent aussi exiger de voir une preuve écrite par un médecin, justifiant la présence d’une personne à l’intérieur du gym.

Une situation qui fait bouillir le sang

Sur une période de cinq jours vers la fin avril, la Ville a reçu 12 plaintes concernant 613Lift. Le maire Jim Watson n'a pas mâché ses mots envers cette entreprise.

C'est le genre de situation qui fait bouillir le sang des gens, a-t-il déclaré lors du point de mercredi.

Presque tous les jours, des gens dans notre ville meurent et [le propriétaire du gymnase] semble penser qu'il est au-dessus des règles et des lois.

Une citation de :Jim Watson, maire d’Ottawa
Des policiers jasent avec une personne devant le gym.

Des agents des règlements municipaux, accompagnés d'agents de police d'Ottawa, ont donné au gym 613Lift une heure pour fermer et s'assurer que tout le monde avait quitté les lieux mercredi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Messieurs Watson et Di Monte ont tous deux déclaré que c'était injuste envers d'autres entreprises, y compris les gymnases d'Ottawa, qui respectent les règles à la lettre.

L’entreprise 613Lift n’a pas répondu aux demandes de commentaire de CBC.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !