•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les ados inclus dans la campagne d’immunisation de la Colombie-Britannique

Une personne applique un petit coton à l'endroit de la piqûre du vaccin.

Les jeunes de 12 à 17 ans devraient pouvoir recevoir une dose de vaccin d'ici la fin juin en Colombie-Britannique.

Photo : getty image/istockphoto

L’approbation par Santé Canada du vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech pour les jeunes de 12 à 15 ans fait des heureux en Colombie-Britannique, alors que la province confirme qu’ils seront inclus prochainement dans la campagne d’immunisation.

Finalement! Je suis tellement heureuse qu’on ait quelque chose qu’on peut offrir à nos jeunes aussi, déclare la médecin de famille Alexandra Greenhill, mère de trois enfants, dont une adolescente de 15 ans , Alexis. Les nouveaux variants du virus affectent les jeunes également donc c’est formidable qu’on puisse prévenir autant que guérir.

Les détails sur le déroulement de la vaccination des adolescents en Colombie-Britannique ne sont pas encore connus.

La médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry, a cependant précisé lors d’un point de presse virtuel, mercredi, que la province envisage de les vacciner avant la fin de l’année scolaire, possiblement dans des cliniques installées dans les écoles.

Nous sommes en train de travailler sur la manière la plus efficace de le faire, a-t-elle indiqué.

Pour la fille d’Alexandra Greenhill, c’est un véritable soulagement. Même si ça ne va pas résoudre tous les problèmes immédiatement, on va avoir une protection contre la COVID-19, se réjouit Alexis.

Une grande partie de la vie des adolescents, c’est communiquer avec ses amis, et donc avoir la certitude qu’on va avoir le vaccin et que bientôt on va pouvoir être ensemble sans devoir s’inquiéter autant, c’est rassurant, ajoute-t-elle.

Bientôt les enfants?

Je crois que c'est une bonne nouvelle, qui va dans la bonne direction, affirme de son côté le Dr Pascal Lavoie, médecin chercheur à l’Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique.

Il rappelle que pour atteindre l’immunité collective, qui permettra d’interrompre la circulation du virus dans la communauté, il est important de vacciner le plus grand nombre de personnes possibles, ce qui inclut les adolescents et les enfants.

Ce n'était qu'une question de temps et je m'attends à ce que les enfants plus jeunes soient approuvés dans les prochaines semaines, avance-t-il.

La médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique a indiqué mercredi que plusieurs études prometteuses sont en cours pour évaluer l’efficacité du vaccin auprès des enfants de moins de 12 ans, dont les résultats sont attendus au cours des prochains mois.

Une rentrée scolaire plus normale

Cette approbation du vaccin Pfizer-BioNTech pour les adolescents améliore les chances que la prochaine rentrée scolaire soit plus normale, ce qui ravit la directrice générale de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique, Marie-Andrée Asselin.

On veut évidemment qu'ils continuent à fréquenter l'école, qu'ils puissent reprendre leurs activités sportives, culturelles, rencontrer d’autres jeunes aussi, dit-elle. C’est important pour nos jeunes de pouvoir faire toutes sortes d’activités et d’avoir une vie sociale intéressante.

Même si les jeunes de 12 à 17 ans sont environ 300 000 en Colombie-Britannique, la Dre Henry a déclaré que leur inclusion dans la campagne d’immunisation ne remet pas en question l’objectif de vacciner l’ensemble des Britanno-Colombiens admissibles qui le souhaitent d’ici la fin juin.

Le vaccin Pfizer-BioNTech était déjà approuvé par Santé Canada pour les jeunes de 16 et 17 ans, mais ils ne pouvaient pas encore recevoir un vaccin dans la province, sauf si considérés cliniquement vulnérables.

Avec des informations de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !